Théâtre et éducation populaire. Archéologie et cartographie d'une esthétique politique.

par Mathieu Cipriani

Projet de thèse en Théâtre

Sous la direction de Olivier Neveux.

Thèses en préparation à Lyon , dans le cadre de 3La - Lettres lingusitique langues et arts depuis le 25-11-2014 .


  • Résumé

    Cette étude porte sur le théâtre comme pratique d’éducation politique populaire. L’enjeu de cette éducation reposerait sur le désir de favoriser l’émancipation par l’apprentissage mutuel et la prise de conscience collective des enjeux sociétaux. L’objet de cette recherche vise donc à déterminer les moyens que le théâtre d’éducation populaire se donne pour lutter contre « l’inégalité fondée sur les savoirs ». En exerçant cette fonction éducative, le théâtre doit-il renoncer à faire oeuvre d’art pour faire œuvre d’émancipation ? Nous formerons l’hypothèse que la démarche d’Armand Gatti, d’Augusto Boal et de Franck Lepage pourraient entrer en résonance avec les principes qui fondent l’éducation populaire : leurs oeuvres visent le partage des savoirs et la réappropriation du langage tour à tour poétique, scientifique ou politique. En réhabilitant la pratique de l’éduction politique des adultes, elles s’inscriraient dans l’héritage des bourses du travail qui accompagnèrent le mouvement ouvrier entre 1892 et 1914. En effet, ces lieux d’effervescence et d’agitation populaires avaient donné naissance à un théâtre de combat qui cherchait à émanciper la classe ouvrière en rendant lisible les rouages de l’exploitation et de la domination sociale. Notre analyse nous conduira enfin à articuler la question de l’éducation politique à celle de l’éthique et de l’esthétique. Nous tenterons ainsi, de définir le régime d’identification propre aux œuvres théâtrales d’éducation populaire et partant, de mettre en lecture certains mécanismes qui relieraient la pratique théâtrale à la volonté collective d’élaborer de nouveaux chemins militants.


  • Pas de résumé disponible.