La mobilité résidentielle et ses effets spatiaux : une étude pour la ville de Montevideo.

par Alicia Rubini

Projet de thèse en Aménagement de l'espace, Urbanisme

Sous la direction de Jean-Claude Driant et de Ignacio Pardo.

Thèses en préparation à Paris Est en cotutelle avec l'Universidad de la República (Uruguay) , dans le cadre de VTT - Ville, Transports et Territoires , en partenariat avec LAB'URBA (laboratoire) depuis le 01-07-2015 .


  • Résumé

    La recherche menée dans le cadre du programme ANR-METAL montre que certaines des principales métropoles latino-américaines sont entrées dans une nouvelle phase de développement, dans laquelle la croissance démographique rapide alimentée par l'exode rural, a été remplacée par une croissance modérée. Le modèle centre-périphérie n'est plus suffisant pour expliquer les densités dans ces métropoles dans lesquelles, par ailleurs, les ségrégations résidentielles se sont intensifiées. Dans les centres urbains, qui pendant des décennies ont connu un processus de décroissance de leur population, on observe maintenant une croissance accompagnée de changements importants de la population qui les habite. Dans le cas particulier de Montevideo, bien qu'il s'agisse d'une métropole de plus petite échelle, son évolution urbaine ne semble pas différer complètement des processus qui semblent être mentionnés. Dans ce contexte et en ayant comme point de départ l'existence d'une relation indissoluble entre la mobilité des habitants et la structure des espaces résidentiels, le présent projet de thèse a pour but l'étude des conditions de la mobilité résidentielle et de ses effets spécifiques pour la ville de Montevideo au cours des dernières décennies.

  • Titre traduit

    Residential mobility and its spatial effects: a study for Montevideo


  • Résumé

    The research conducted under the ANR-METAL program shows that some of the major Latin American metropolises have entered in a new phase of development, where rapid population growth fueled by rural-to-urban migration has been replaced by a moderate growth. The center-periphery model is no longer sufficient to explain the densities in these metropolises where, at the same time, residential segregations have been intensified. The urban centers, which for decades have experienced a process of population decline, are now showing growth indicators accompanied by significant changes in their population. In the particular case of Montevideo, although it is a smaller-scale metropolis, its urban evolution does not seem to differ from the processes mentioned above. In this context, and considering the indissoluble relationship between residential mobility and the structure of residential spaces, this thesis project aims to study the conditions of mobility and its specific effects for the city of Montevideo over the last few decades.