Les conditions de la marche à pied dans les déplacements des habitants de Hanoi et leur prise en compte dans l'urbanisme

par Mai hue Nguyen

Projet de thèse en Aménagement de l'espace, Urbanisme

Sous la direction de Jean-Paul Hubert et de Sylvie Fanchette.

Thèses en préparation à Paris Est , dans le cadre de VTT - Ville, Transports et Territoires , en partenariat avec DEST - Laboratoire Dynamiques Economiques et Sociales des Transports (laboratoire) depuis le 01-09-2015 .


  • Résumé

    Hanoi – la capitale historique et politique du Vietnam a célébré en 2010 son 1000ème anniversaire. Auparavant, Hanoi était une ville où les véhicules particuliers motorisés étaient rares ; jusqu'alors, la majorité des déplacements s'effectuaient à pied, à vélo ou en transport public. Dès 1986, avec l'ouverture économique impulsée par la politique et grâce à une forte croissance économique depuis le début des années 2000, de nombreux citadins ont pu acquérir motos puis autos, avec les conséquences néfastes que l'on connait : congestion, accidents, pollution et occupation de l'espace pour la circulation des piétons. Avec la population plus 7 millions en 2015, la planification urbaine de Hanoi est toujours en retard par rapport à la croissance de la population. Ce retard augmente la pression sur le système d'infrastructure qui est trop vieux, et l'utilisation de l'espace ne tient pas compte des piétons. D'autre part, Hanoi est une ville qui se transforme très vite. La construction des bâtiments échappe souvent à la planification. Des villages périphériques se sont transformés en petites villes, tandis qu'au centre ville, se développe une construction illégale et incontrôlée. Ces problèmes se mêlent à une image particulièrement négative de la ville : désordre urbain, insécurité, embouteillages, etc. La mobilité durable n'a pas pris un rôle important dans les projets d'urbanisme, surtout la marche à pied. L'objectif principal de cette thèse est de proposer une façon pratique de prendre en compte conditions de la marche à pied pour des projets d'urbanisme dans le contexte de Hanoi.

  • Titre traduit

    Conditions of walking in the movement of Hanoi residences and their effects on the city planning


  • Résumé

    Hanoi - the historical and political capital of Vietnam has celebrated its 1000th anniversary in 2010. In the past, Hanoi was a city where the private motorized vehicles were rare; until then, the most of the trips were on foot, bicycle or public transport. In 1986, with an open economy driven by politics and due to a strong economic growth since the early 2000's, many inhabitants have acquired cars and motorcycles, with the negative consequences that we know: congestion, accidents, pollution and taking the space for pedestrians. With a population over 7 million in 2015, the urban planning of Hanoi is still late compared to the population growth. This delay increases the pressure on the infrastructure system that is too old, and the using of space ignores pedestrians. Moreover, Hanoi is a city that is changing quickly. Building construction often escapes the urban planning. Peripheral villages have turned into small towns, while in the city center, an illegal and uncontrolled construction is developing. These problems lead to a particularly negative image of the city: urban disorder, insecurity, traffic jams, etc. The sustainable transport has not taken a major role in the planning projects, especially walking. The main object of this thesis is providing a convenient method to take into account the conditions of walking for urban development projects in the context of Hanoi.