Le tracé des arcs au Moyen-âge : Un chainon manquant dans l'histoire de l'architecture en pierre

par Anne-laure Morel

Projet de thèse en Architecture

Sous la direction de Maurizio Brocato et de Philippe Plagnieux.

Thèses en préparation à Paris Est , dans le cadre de VTT - Ville, Transports et Territoires , en partenariat avec Laboratoire Géométrie, structure, architecture (Paris) (laboratoire) depuis le 22-06-2015 .


  • Résumé

    Le tracé des arcs au Moyen-âge : Un chainon manquant dans l'histoire de l'architecture en pierre. Le domaine concerné par ce projet de thèse est celui de l'évolution de la taille des claveaux d'arcs bâtis entre les XIe et XIIe siècle. Cette pratique induit une connaissance de la géométrie, des techniques d'ingénierie, le savoir-faire d'un praticien qui maitrise les étapes de la construction avec un outillage adapté dans un contexte de connaissances et de transmissions spécifiques. Deux faits ont poussé à une première recherche empirique et pionnière : lacunes textuelles dans la transmission technique et professionnelle au Moyen Âge et observation d'une facture non normalisée de claveaux d'arcs cintrés au seuil de la période gothique. Le but était alors de chercher à déterminer si un recours à un tracé préparatoire était observable, ce qui aurait pu témoigner d'un certain degré de sophistication de la structure de l'arc annonçant les prémisses d'une construction savante. Pour ce faire, une méthodologie archéométrique visant à identifier le tracé préparatoire à la coupe des claveaux d'arcs cintrés au XIe siècle, a été conçue. Cette méthode a été appliquée à un corpus de dix arcs datés du XIe siècle répartis sur trois sites de l'ancien domaine royal capétien. De cette première observation, il est ressorti qu'un seul arc sur dix semble avoir fait l'objet d'un tracé préparatoire, mais il a surtout pu être mis en évidence, de manière inattendue, édifiante et très questionnante que, majoritairement sur l'ensemble des claveaux d'arc, un intérêt tout particulier est porté à la facture de la ligne d'extrados de manière quasi exclusive. Ce projet de thèse propose de situer ce claveau comme chainon manquant dans l'histoire de l'architecture dans la mesure où il indique une mutation de la morphologie type connue jusque là. Réalisé dans un but constructif précis et réfléchi qui n'utilise pas de règles géométriques connues, il s'agit de situer cet artefact dans l'évolution d'une pratique constructive savante en mesurant son impact sur les fondements de la stéréotomie moderne. La mise en œuvre du projet de thèse n'est possible qu'à partir d'un corpus cohérent bien délimités. Le principe est de conserver le domaine capétien élargi à l'ancien archevêché de Sens qui était un domaine administratif étendu et puissant, dont Paris même dépendait : il s'agit d'une zone régionale emblématique, homogène et représentative, qui pouvait offrir des atouts économiques favorables à un contexte de développement innovant. Les données collectées sur le terrain, classifiées et validées, permettent de dresser le portrait type d'un claveau dont le comportement est mis en situation dans un cadre d'essai par modélisation expérimentale d'un arc reconstitué à valeur réelle. La validation des résultats obtenus sert à démontrer les qualités technologiques du claveau, et d'en déduire l'intérêt d'en avoir modifié la morphologie. Une fois la modélisation validée, il s'agira de considérer le statut du praticien et de mettre en perspective la facture du claveau qu'il a conçu dans son contexte sociétal en mutation au seuil de l'épanouissement gothique. Le sujet de thèse proposé se trouve au carrefour de différents domaines transversaux et c'est l'interaction de tous ces éléments qui permet de déterminer les caractéristiques architectoniques de ce claveau en mutation, ainsi que ses rapports et ses connections avec le creuset intellectuel et sociétal dans lequel il murit. L'obtention d'informations encore inédites au sujet de ce claveau et de son rôle dans l'histoire de la stéréotomie permettrait d'éclairer une petite partie des zones d'ombres encore existantes dans l'histoire de l'architecture en pierre.

  • Titre traduit

    Drawing of the archs in the Middle Age: A missing link in the history of stone architecture


  • Résumé

    Drawing of the archs in the Middle Age: A missing link in the history of stone architecture The subject of this PhD project is the evolution of the size of the keystones of arches built between the eleventh and twelfth century. This practice leads to a knowledge of geometry, engineering techniques, know-how of a practitioner who mastered stages of construction with a suitable tool in the context of specific knowledge and transmissions. Two facts have led to a first empirical and pioneering research: textual gaps in technical and occupational transmission in the Middle Ages and viewing non-standard invoice quoins curved arches of the threshold of the Gothic period. The goal was to explore whether an appeal to a preparatory route was observed, which could reflect a certain degree of sophistication of the arc structure announcing the beginnings of a clever construction. To do this, a methodology to identify archaeometric preparatory traced cutting keystones of curved arches in the eleventh century, was designed. This method was applied to a corpus of ten arches dating from the eleventh century on three sites of the ancient Capetian royal estate. In this first observation, it appeared that only one in ten arc seems to have been a preparatory path, but it has mostly been demonstrated, unexpectedly, very uplifting and a questioning that, mostly on all arch keystones, particular attention is paid to the invoice of the suction line almost exclusively. This thesis proposes to place this claveau as missing link in the history of architecture since it indicates a change of morphology known kind so far. Performed in a precise and thoughtful constructive purpose that does not use of known geometric rules, it is to locate this artifact in the development of a constructive scholarly practice by measuring its impact on the foundations of modern stereotomy. The implementation of the thesis project is only possible from a well defined coherent corpus. The principle is to keep the Capetian domain extended to the former Archbishop of Sens was a large and powerful administrative field, including Paris depended same: it is an emblematic regional area, homogenous and representative, which could offer advantages favorable economic context of innovative development. The data collected on the ground, classified and validated, allow to profile type of a keystone whose behavior is put in a position in a test frame by experimental modeling of an arc reconstituted real value. The validation of the results is to demonstrate the technological qualities of the keystone, and to deduct interest to have altered morphology. Once validated modeling, it will consider the status of the practitioner and to put into perspective the bill claveau he designed in its societal context changing the threshold of Gothic development. The thesis proposed is at the crossroads of various cross-cutting areas, and it is the interaction of all these elements which determines the architectonic characteristics of this keystone changing, and its relations and connections with the intellectual and societal melting pot in which it matures. Obtaining unpublished information about this claveau and its role in the history of stereotomy would illuminate a small portion of remaining gray areas in the history of the stone architecture.