Développement local et conservation dans les politiques forestières en Inde et au Népal. : mise en perspective des programmes de gestion communautaire dans l’Himalaya

par Mauve Letang

Projet de thèse en Geographie politique, culturelle et historique

Sous la direction de Olivier Sevin.

Thèses en préparation à Sorbonne université , dans le cadre de École doctorale de Géographie de Paris. Espace, sociétés, aménagement (Paris) , en partenariat avec Laboratoire Espaces, nature et culture (Paris) (laboratoire) , Centre national de la recherche scientifique (France). Unité Propre de Recherche (299) (equipe de recherche) et de Anr aqapa (equipe de recherche) depuis le 08-07-2015 .


  • Résumé

    Cette thèse s’intéresse aux politiques forestières himalayennes de deux États distincts, l’Inde et le Népal. Depuis les années 1990, la communauté, en tant qu’entité socio-spatiale usagère de ressources, fait l’objet d’une atten- tion particulière et renouvelée dans les programmes forestiers de l’Himalaya. Toutefois, en proposant une gé- néalogie du pouvoir de l'État moderne dans les forêts, cette recherche montre que le concept de gestion com- munautaire doit être intégré à une reconfiguration plus large et plus longue de l’intervention étatique dans les forêts. Aujourd’hui, la mobilisation et les pratiques de gestion communautaire sont généralement impulsées par des intermédiaires clés : les militants associatifs et les travailleurs sociaux. Ces intermédiaires ont pour corol- laire, dans les Annapurna comme en Uttarakhand, de mobiliser le lexique du commun comme horizon politique. C’est donc à la manière dont ces acteurs et actrices se positionnent entre l’État et les usagers et usagères de la forêt que cette recherche s’intéresse pour analyser les rationalités gouvernementales reposant sur la gestion communautaire des forêts dans l’Himalaya. Par conséquent, cette thèse s’inscrit dans le champ d’étude critique des communs, et analyse les discours et les pratiques du⋅des commun(s) des militants associatifs et des tra- vailleurs sociaux dans leur travail de mise en œuvre des politiques forestières par la distribution des pro- grammes publics. Cette thèse propose alors une analyse de l’État au quotidien, prenant en compte les pratiques concrètes des agents de l’État – ses élus, ses fonctionnaires, ses intermédiaires privés – lui permettant d’opérer son redéploiement à l’échelle locale, au sein de ses administrations et de ses territoires forestiers.

  • Titre traduit

    Local development as conservation in forest policies (India and Nepal). Community-based-management programs in the Himalayas into perspective Summary


  • Résumé

    This thesis focuses on the Himalayan forest policies of two distinct states, in India and Nepal. Since the 1990s, the community, as a socio-spatial resource-using entity, has been the object of particular and renewed attention in Himalayan forestry programmes. However, in proposing a genealogy of modern state power in forests, this research shows that the concept of community-based management needs to be integrated into a broader and longer-term reconfiguration of state intervention in forests. Today, community mobilization and management practices are generally driven by key intermediaries: social activists and social workers. The corollary of these intermediaries, in the Annapurna as in Uttarakhand, is to mobilize the lexicon of the common as a political ho- rizon. They try to imagine a fairer, more sustainable and more democratic political horizon for the government of the forests and their populations. It is therefore the way in which these actors position themselves between the State and forest users that this research is interested in analyzing governmental rationalities based on com- munity forest management in the Himalayas. Consequently, this thesis falls within the field of critical study of the commons, and analyses the discourse and the practices of common(s) of the social activists and social wor- kers in their work of implementing forest policies through the distribution of public programmes. This thesis then proposes an analysis of the state in its day-to-day operations, taking into account the concrete practices of state agents - its elected representatives, civil servants, private intermediaries - enabling it to carry out its rede- ployment at the local level, within its administrations and its forest areas.