Le métissage culturel dans le roman maghrébin de la période coloniale et post-coloniale

par Sofiane Iken

Projet de thèse en Lettres, langues et civilisations

Sous la direction de Dominique Ranaivoson.

Thèses en préparation à l'Université de Lorraine , dans le cadre de Ecole doctorale Fernand Braudel (Nancy-Metz) depuis le 02-09-2014 .


  • Résumé

    Le métissage et le multiculturalisme sont représentés dans le monde d’aujourd’hui comme une idéologie ou une pratique salvatrice, une solution pour les questions sociales comme les guerres identitaires, le racisme, le fondamentalisme et la lutte des classes. La globalisation économique tente de faire de la planète un village où tous les habitants seraient interconnectés et dépendants les uns des autres. Notre recherche s’intéressera au métissage culturel des écrivains maghrébins de la période coloniale et des écrivains français d’origine maghrébine, il s’agira d’une étude comparatiste entre des œuvres littéraires appartenant à deux périodes historiques différentes. Les romans qui vont être l’objet de notre recherche seront en nombre de quatre, nous avons choisi deux romans appartenant à la période coloniale, Le Sommeil du juste, de Mouloud Mammeri et Les Chemins qui montent de Mouloud Feraoun et deux romans écrits par deux auteurs Beurs Le Chinois vert d’Afrique de Leila Sebbar et L’Ilet-aux- vents de Azouz Begag. Le but de la recherche est de démontrer comment le métissage culturel, devient une source d’inspiration littéraire. Autrement dit, Comment une appartenance plurielle devient un facteur de la création littéraire ? D’un point de vue psychologique voire sociologique, le malaise identitaire est représenté comme un symptôme ou une anomalie, dû à des troubles de personnalité chez l’individu. Cependant, dans le domaine littéraire le questionnement identitaire est une mine qui offre des nouveaux terrains inexplorés. Dans la personne de l’hybride culturel se réunit des visions et des valeurs appartenant à deux mondes, à deux cultures différentes mêlées depuis l’enfance. Ce que nous appelons le malaise identitaire est, en fait, cette voix dérangeante qui se pose des questions sur le passé et l’avenir, sur l’origine et le devenir. L’écriture de l’hybride culturel jaillit d’une expérience typique, d’une identité douloureuse et déchirée, dans un monde rempli de paradoxes. Notre objectif est de regarder de près le dialogue des cultures et des civilisations, notamment entre l’Orient et l’Occident, entre la France et le Maghreb, revisiter le patrimoine culturel franco-Algérien (ou maghrébin). Comment le métissage culturel est représenté dans les œuvres littéraires d’écrivains maghrébins de la période coloniale et chez les écrivains Beurs ? Existe-il une différence entre les deux représentations ? Autrement dit, quelle est l’image que nos donnent les écrivains colonisés et Beurs de métissage? Comment les relations intercommunautaires et les conditions sociales conditionnent-elles les écrits des écrivains et affectent la création littéraire ?


  • Pas de résumé disponible.