Transmission et Réception des Vies de Diogène Laërce de la fin du XVe au début du XVIIe siècle

par Michel Bizet (Bitzilekis)

Projet de thèse en Littératures française et francophone

Sous la direction de Anne-Élisabeth Spica.

Thèses en préparation à Sorbonne université , dans le cadre de École doctorale Littératures françaises et comparée (Paris) depuis le 05-03-2014 .


  • Résumé

    Ce travail concerne la transmission et la réception d’une œuvre d’un auteur grec du IIe-IIIe siècle, Diogène Laërce, de la fin du Moyen Âge au début du XVIIe siècle. Sous le nom de Diogène Laërce nous est parvenue dans trois manuscrits médiévaux complets et trois recueils d’extraits une œuvre intitulée Vies des Philosophes. La bibliographie de ce texte majeur va de la première traduction latine (Ambrogio Traversari, c. 1472) et de la première édition grecque (Froben, 1533) aux éditions bilingues et concerne les traductions italiennes et françaises (François de Fougerolles, 1601). En déterminant tout d’abord la masse des cornucopiæ latines dues essentiellement à des Italiens et des Français ou des recueils d’apophtegmes, où l’influence directe ou indirecte de Diogène Laërce peut se faire sentir, notre recherche va se poursuivre dans le XVIe siècle français (Guillaume Tardif, Jean Lemaire de Belges, François Rabelais, Barthélemy Aneau, Jacques Tahureau, Pierre Boaistuau, Pierre de Ronsard et surtout Montaigne dont nous comptons analyser de plus près l’évolution des références à Diogène Laërce en fonction des éditions successives). Notre travail se poursuivra sur l’influence de Diogène Laërce chez de nouveaux auteurs français du XVIIe siècle (Charles Sorel, Madeleine de Scudéry, Gabriel Naudé, Cyrano de Bergerac et Pierre Charron).

  • Titre traduit

    Transmission and Reception of Diogenes Laertius Lives from the late Middle Ages to the early 17th century


  • Résumé

    This work concerns the transmission and the reception of a work of a Greek writer of the 2nd-3rd century, Diogenes Laertius, from the late Middle Ages to the early 17th century. We actually have three complete medieval manuscripts and three collections of extracts entitled Lives of Philosophers. The bibliography of this major text goes from the first Latin translation (Ambrogio Traversari, c. 1472) and the first Greek edition (Froben, 1533) to the bilingual editions and the French translations (François de Fougerolles, 1601). By determining at first the mass of Latin cornucopiæ mainly due to the Italians and the French or collections of apothegms where the direct or indirect influence of Diogenes Laertius can be felt, our research will continue in the French 16th century (Guillaume Tardif, Jean Lemaire des Belges, François Rabelais, Barthélemy Aneau, Jacques Tahureau, Pierre Boaistuau, Pierre de Ronsard and especially Montaigne that we plan to analyze more closely the references to Diogenes Laertius based on successive editions). Our work will continue on the influence of Diogenes Laertius in new French 17th century writers (Charles Sorel, Madeleine de Scudéry, Gabriel Naudé, Cyrano de Bergerac and Pierre Charron).