Fonction sociale, symbolique et esthétique de la cave à vins

par Serge Villier

Projet de thèse en Doctorat Anthropologie

Sous la direction de Isabelle Bianquis.

Thèses en préparation à Tours , dans le cadre de Ecole doctorale Sciences de l'Homme et de la Société (Tours) depuis le 24-11-2014 .


  • Résumé

    L'extraordinaire développement de l'intérêt pour les caves particulières depuis ces vingt dernières années suscite des questionnements sur les raisons de cette émergence. Même si les élites ont toujours bu des grands vins, l'image du vin s'est modifiée, le consommateur moyen n'achète plus le « litre étoilé », souvent signe d'alcoolisme et de pauvreté. Aujourd'hui, avoir une cave, en parler parfois doctement, la présenter avec ostentation semble être un signe de positionnement social, de distinction et d'une volonté de pouvoir symbolique. C'est aussi un lieu identitaire, le vin étant un produit du patrimoine, c'est une « boisson totem ». Des interviews auprès de personnes étrangères (AfSud, Chili, Thaïlande, Antilles) ont montré que leurs élites avaient des caves réfrigérées souvent bien en vue, avec des bouteilles aux noms prestigieux. La cave est le paradigme de la gentrification et de la mondialisation. Si, dans les familles dites « bourgeoises », il y a une cave, les enquêtes ont montré, qu'aujourd'hui, elle est globalement consacrée au vin et elle est requalifiée en lieu de pratiques patrimoniales, en tant que vecteur d'héritage, de transmission familiale qui fait rejaillir l'imaginaire de la tradition, du bon vieux temps. Cette reconstruction symbolique d'un âge d'or où le lien entre nature et vin, vue comme pureté originelle, se nourrit de la notion de terroir, de retour à l'authenticité comme le montre notamment l'engouement pour les vins « bio » et les vins naturels. De plus la cave se doit d'être constituée de matériaux bruts, nobles, la pierre, le bois et la terre battue. Mais c'est aussi un lieu magique et mystérieux dans lequel le vieillissement est vu comme une alchimie vertueuse. En fait, le vin n'est plus un produit qui se boit, mais quelque chose qui se goûte. Cette forme d'esthétisation se retrouve bien sûr dans d'autres pratiques sociales


  • Pas de résumé disponible.