Les surnoms dans le monde de Shakespeare

par Charlène Cruxent

Projet de thèse en Études du monde anglophone

Sous la direction de Nathalie Vienne-Guerrin et de Jean-Christophe Mayer.

Thèses en préparation à Montpellier 3 , dans le cadre de Langues, Littératures, Cultures, Civilisations , en partenariat avec IRCL - Institut de recherches sur la renaissance, l'âge classique et les lumières (laboratoire) depuis le 01-10-2014 .


  • Résumé

    Le but premier de cette thèse consiste à théoriser l'utilisation des surnoms dans les œuvres de Shakespeare. Pour ce faire, une définition exhaustive de ce qu'est un surnom doit être formulée, cette dernière prenant en compte les différents éléments linguistiques qui caractérisent et/ou ajoutent un sens à l'identité d'un personnage à travers son nom ou d'autres termes utilisés pour s'adresser à lui. Des exemples concrets seront pris dans le corpus Shakespearien afin d'établir et d'illustrer cette théorie. L'étude de ces exemples de nomination non-officielle nous éclairera sur les différentes sortes de surnoms présents dans les pièces du dramaturge (appellations dénigrantes ou élogieuses, pseudonymes, noms affectueux, diminutifs...). Cependant, cette investigation ne se contentera pas de faire un inventaire ou catalogue des occurrences. Chaque surnom est unique et doit être analysé en fonction du contexte dans lequel il apparait. A travers les différents sobriquets, nous pourrons tirer plusieurs conclusions: certaines nous amènerons à généraliser l'utilisation des surnoms (par exemple, nous pouvons déjà affirmer que le diminutif 'Kate' est utilisé pour des personnages féminins), alors que d'autres révèleront l'existence de contre-exemples. En plus de l'analyse linguistique des surnoms, ces derniers seront examinés comme faisant partie d'une 'société' car ce sont des éléments intégrés dans, ou ayant une influence sur, celle-ci. Les sobriquets sont souvent inventés par des personnages qui les confèrent à un des leurs pairs. Nous devons garder à l'esprit qu'il y a une intention derrière cette action, l'impact (positif ou négatif) que le surnom a sur le renommé pouvant constituer le but du personnage ayant donné une nouvelle appellation. Le fait de renommer pouvant être considéré comme un acte perlocutoire, l'identité d'un personnage à qui l'on attribue un surnom peut être influencée par ce changement et subir une transformation plus ou moins drastique. Il serait pertinent lors de l'exploration de l'utilisation des surnoms de comparer les occurrences et d'observer si ces dernières varient en fonction du genre du personnage renommé, mais également du genre de la pièce dans laquelle la nouvelle appellation est donnée (tragédie, comédie, ou pièce historique).

  • Titre traduit

    Nicknames in Shakespeare's World


  • Résumé

    This thesis examines the use of nicknames in Shakespeare's plays and poems. I adopt a broad definition of the term “nickname,” one that includes a range of unofficial naming strategies, such as abbreviations (e.g. Kate for Katherina), derogatory or laudatory appellations, pseudonyms, pet-names, and diminutives. Rather than merely list or “catalogue” nicknames in Shakespeare's works, I analyse each nickname on its own terms and place it in the dramatic, social, linguistic and historical context in which it appears. Sobriquets are usually coined by a character and given to one of his or her peers. One must therefore remain mindful of the agenda behind nicknaming and the impact it has on a given persona. It is my contention that an analysis of unofficial naming strategies offers crucial insight into Shakespeare's characters, the way they are perceived by other characters and by audiences, and their trajectory within his plays and poems. By studying the use of nicknames in Shakespeare's plays it is also possible to shed light on the ways in which naming impacts the gender of the renamed character and the genre of the play in which the new appellation is bestowed (Tragedies, Comedies, and Histories).