La critique des Musiques Électroniques Dansantes : etats-Unis, France, Royaume-Uni, Allemagne

par Noëmie Vermoesen

Projet de thèse en Litterature comparée

Sous la direction de Timothée Picard.

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Arts, Lettres, Langues (Rennes) depuis le 01-10-2014 .


  • Résumé

    L’ambition de cette thèse est d’étudier l’écriture des musiques électroniques dansantes et plus particulièrement leur critique. Il s’agit pour cela de comparer différentes revues spécialisées et articles consacrés à ces musiques, afin d’analyser leur conception de ce mouvement et la manière dont ils l’ont appréhendé à travers l’écriture. Les musiques électroniques constituent un ensemble vaste et hétéroclite. Il sera ici question des courants de musiques électroniques dansantes, des années 1970 (émergence de la disco et de la culture club aux Etats-Unis) jusqu’aux années 1990 (globalisation des mouvements house et techno en Europe), en postulant qu’elles présentent des caractéristiques musicologiques, esthétiques et sociales communes particulièrement stimulantes dans le cadre d’une approche intersémiotique. Afin de comprendre cette évolution, quatre groupes de textes seront comparés à travers une approche littéraire et esthétique. Les articles de Vince Aletti, premier critique musical américain à avoir écrit sur le disco, introduisent les premiers axes paradigmatiques d’une pensée de cette culture club. Le fanzine anglais Boy’s Own paru pour la première fois en 1986, a accompagné l’arrivée de l’acid house en Grande-Bretagne, intégrant la notion de plaisir dans sa description et son jugement de ces musiques. Le journaliste et écrivain français, Didier Lestrade fut un des premiers défenseurs du mouvement house dans Libération à partir de 1988, attentif aux particularités techniques mais aussi symboliques de ces musiques. Le fanzine puis magazine Frontpage a illustré l’émergence du mouvement techno en Allemagne, réfléchissant à son évolution, sa culture et la manière de les incarner. Il sera donc question, à l’étude de ce corpus primaire, ainsi qu’à la lecture d’un corpus critique, théorique et littéraire parallèle, de comprendre comment ces musiques ont été écrites, décrites et critiquées.


  • Pas de résumé disponible.