Istanbul, Fractures urbaines et Identités vernaculaires Approche Sociolinguistique

par Dudu Cosgun

Projet de thèse en Sciences du langage

Sous la direction de Brigitte Rasoloniaina.

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales (Rennes) depuis le 01-10-2014 .


  • Résumé

    Tant sur le plan linguistique qu’architectural, la vie urbaine à Istanbul est marquée par des phénomènes de cloisonnement social, motivé d’une part, par la crainte de l’inconnu des populations migratoires venant d’Anatolie, d’autre part, par le retrait de la classe sociale aisée dans des habitats isolés et coupés du reste de la ville. Ainsi le vernaculaire d’Istanbul, qui se reflète dans la « maison turque » et dans la « langue turque d’Istanbul » se trouve confronté face à d’autres vernaculaires apportés par les populations migrantes. Les groupes sociaux s’identifient à ces vernaculaires dans une forme de nostalgie. La menace apportée par la globalisation et la modernisation accentue ce sentiment de nostalgie et nourrit même un sentiment de crise identitaire. En effet l’appauvrissement de la langue et des valeurs sociales (comme celle du voisinage) inquiète les habitants mais aussi les autorités. Le constat est celui de fractures urbaines, mais la cause paraît mal identifiée. Etre « Istanbuliote » ne signifie pas « habiter à Istanbul », encore moins « être né à Istanbul ». Les habitants ont même du mal à définir quel pourrait être ce rapport d’identification à la ville, alors que ce rapport est vécu au quotidien à l’interface de l’espace et des identités vernaculaires qui s’y reflètent. Face à cette crise identitaire émergent les identités vernaculaires de la ville, à l’abri de tout pouvoir de hiérarchisation ou normalisation sociale. C’est ainsi que se projette le concept vernaculaire sur l’identité urbaine d’Istanbul. L’objectif de ce travail de recherche sera d’analyser les problématiques de crise identitaire et de construction identitaire dans la ville d’Istanbul, au travers l’étude des différentes composantes du langage vernaculaire de la ville (pratiques langagières des habitants, langage architectural, langage artistique...).


  • Pas de résumé disponible.