Originalité et Copie. De Marcel Duchamp à Wade Guyton

par Elodie Weyne

Projet de thèse en Arts plastiques, musicologie

Sous la direction de Catherine Chomarat et de Erik Verhagen.


  • Résumé

    Lorsque Rosalind KRAUSS publie, en 1985, L’originalité de l’avant-garde et autres mythes modernistes, elle actualise le débat sur la notion d’originalité et s’inscrit, notamment aux côtés de Walter BENJAMIN et de Frederic JAMESON, dans la lignée des théoriciens pour lesquels la question de la production et de la reproduction de l’œuvre d’art fut un sujet primordial. Qu’elle fut évincée, adulée, implicite, respectée, occultée, officiellement revendiquée, qu’elle fut mise à mal, qu’elle devienne le sujet majeur de certaines pratiques, qu’elle fut instrumentalisée à des fins de revendication ou d’actualisation de la définition de l’art, l’originalité, notion parfois obscure, est, en effet, omniprésente dans l’Histoire et la Théorie de l’art. Souvent ignorée par confort, elle innerve toute création, sous la forme d’une question latente : « Cette œuvre est-elle une œuvre d’art originale ? ». Mais est-il seulement possible de définir aujourd’hui l’originalité ? Peut-on, face à une production polymorphe depuis le début du XXème siècle, établir les critères qui caractérisent l’originalité d’une œuvre ? Cette question, étroitement liée aux notions d’authenticité, d’aura, d’unicité, d’auteur, d’opticalité, de document, d’édition limitée et surtout de copie, ne peut se satisfaire d’une réponse succincte. Si le XIXème siècle semble vouer un culte à l’œuvre unique et authentique, la production artistique du siècle suivant, et plus précisément les années 60, proposera une renégociation des notions d’originalité et de copie. La copie, qui tentait jusqu’à cette période de défendre son originalité, acquière une valeur équivoque à celle de l’œuvre originale. Les années 60 marquent en effet le début d’une certaine corrélation entre l’original et la copie. L’œuvre multiple, ne va plus tenter de défendre son originalité, mais va commencer à coïncider avec celle-ci. Les mutations s’opérant dans la signification et la valeur de ces deux termes théoriquement contradictoires s’accentueront au fil des décennies, s’accélérant ces dernières années avec l’évolution technique et technologique de nouveaux moyens de production employés par les artistes. Pour autant, il semble important de souligner que de nombreux artistes se jouent de cette question de l’originalité et de la reproduction, ayant recours à des techniques dont l’essence même est la reproductibilité technique pour proposer des œuvres uniques.


  • Pas de résumé disponible.