Paradigmes du don en clinique : Modalités de l’impossible en psychopathologie

par Hamid Hannaoui

Projet de thèse en Psychologie

Sous la direction de Laurent Ottavi.

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales (Rennes) depuis le 01-10-2014 .


  • Résumé

    Dans notre thèse, nous traiterons de la question du don dans la perspective de faire valoir sa portée heuristique dans le champ de la clinique psychanalytique. Depuis qu’elle a fait son entrée dans les sciences sociales grâce à Marcel Mauss, la notion de don a suscité l’intérêt de plusieurs auteurs, parmi lesquels on trouve Jacques Lacan. La question du don est, en effet, présente tout au long de son enseignement, et évolue au fil de ses remaniements. Dans ses premières élaborations sur le registre du symbolique, Lacan considère le champ de ce qu’il appelle « le don de la parole » comme le domaine privilégié de l’investigation psychanalytique. Nous verrons comment cette notion du don de la parole se rattache à sa première conception de l’être parlant, notamment dans son rapport au transfert. Nous démontrerons ensuite comment la symbolique du don ménage, via Lévi-Strauss, la voie du retour à Freud et permet une relecture des cas cliniques de la littérature. Il s’agira alors d’examiner le rapport du don au manque selon ses trois modalités que sont la privation, la frustration et la castration, mais également à la dialectique du besoin/demande/désir. Nous aborderons ensuite les critiques que Lacan n’a cessé d’adresser aux théoriciens de l’oblativité. Après quoi, nous pourrons envisager les enseignements à tirer d’une clinique du don. Enfin, nous verrons comment, par sa théorie de l’objet a, Lacan introduit une formalisation logique du don en en faisant une figure de l’impossible.


  • Pas de résumé disponible.