Pratiques et moments touristiques des tunisiens et des maghrebins dans la métropole de tunis

par Wadie Othmani

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Philippe Violier et de Hichem Rejeb.

Thèses en préparation à Angers , dans le cadre de École doctorale Sociétés, temps, territoires (Angers) , en partenariat avec 6 - ESO Angers (Espaces et sociétés) (equipe de recherche) depuis le 13-11-2014 .


  • Résumé

    Le tourisme contribue à hauteur de plus de 15 % dans le PIB national tunisien (WTTC, 2017 : p 1). Ce secteur, depuis sa création dans le milieu des années soixante-dix, a toujours été un des plus importants moteurs de l’économie du pays. Depuis le début des années deux mille, le modèle, basé sur la commercialisation des produits classiques [4 S : sea, sun, sand (plage), sand (désert)] à une clientèle majoritairement occidentale, a atteint la saturation. Au cours de cette période, la chute a commencé à se sentir jusqu’à atteindre une situation critique aggravée par les événements terroristes qu’a subi le pays en 2015. Pour faire face à cette situation, les acteurs du secteur sont allés épuiser dans leur réserve stratégique qui n’était rien d’autre que le touriste national et le touriste maghrébin, essentiellement les Algériens et les Libyens : voisins immédiats de la Tunisie. Actuellement, ces touristes représentent les nationalités les plus présentes en Tunisie post-révolution. Cette thèse de doctorat a examiné le sujet via le recours à des analyses des documents statistiques officiels, des entretiens auprès des différents acteurs qui agissent sur le secteur touristique tunisien, des observations ciblant plusieurs hauts lieux touristiques dans la métropole Tunis et une enquête statistique. La population touristique ciblée est riche et variée puisqu’elle concerne les tunisiens (touristes nationaux), les Algériens, les Libyens, les Marocains, les mauritaniens et la diaspora maghrébine qui émane essentiellement des pays en dehors du territoire du Grand Maghreb, majoritairement de l’Occident. De ce fait, nous avons commencé par réfuter la thèse adoptée par des chercheurs occidentaux prétendant que l’accès au tourisme pour les sociétés en voie de développement est un phénomène récent. Par la suite, nous avons présenté comment ces touristes maghrébins consomment l’espace du Grand Tunis et dans quels lieux ils se concentrent. La thèse a permis également de dresser des profils des touristes maghrébins. Ce profilage se base sur l’âge, le sexe, la catégorie socioprofessionnelle et sur le pays de provenance du touriste. Dans d’autres termes, cette analyse répond aux besoins d’une population touristique nationale et maghrébine actuelle, mais aussi elle se considère comme une étude stratégique pour la population touristique du futur : les jeunes qui seront adultes et les adultes qui seront plus âgés.


  • Résumé

    Tourism contributes more than 15% of Tunisia's national GDP (WTTC, 2017: p 1). This sector, since its creation in the mid-seventies, has always been one of the most important engines of the country's economy. Since the beginning of the two thousand years, the model, based on the marketing of classic products [4 S: sea, sun, sand (beach), sand (desert)] to a predominantly Western clientele, has reached saturation. During this period, the fall began to feel until reaching a critical situation aggravated by the terrorist events that the country suffered in 2015. To cope with this situation, the actors of the sector went to exhaust in their strategic reserve that was nothing but the national tourist and the Maghreb tourist, mainly Algerians and Libyans: immediate neighbors of Tunisia. Currently, these tourists represent the nationalities most present in post-revolution Tunisia. This doctoral thesis examined the subject through the use of analyzes of official statistical documents, interviews with the various actors who act on the Tunisian tourism sector, observations targeting several major tourist sites in the Tunis metropolis and a statistical survey. The targeted tourist population is rich and varied since it concerns Tunisians (national tourists), Algerians, Libyans, Moroccans, Mauritanians and the Maghreb diaspora, which comes mainly from countries outside the territory of the Greater Maghreb, mainly 'West. As a result, we began by refuting the thesis adopted by Western researchers claiming that access to tourism for developing societies is a recent phenomenon. Subsequently, we presented how these Maghreb tourists consume the space of Greater Tunis and in what places they focus. The thesis also made it possible to draw profiles of Maghreb tourists. This profiling is based on the age, gender, socio-professional category and country of origin of the tourist. In other words, this analysis meets the needs of a current national and North African tourist population, but it also considers itself a strategic study for the tourist population of the future: young adults and adults who will be older.