La construction sociopolitique des régions urbaines littorales au Liban Quelle gouvernance des paysages dans les territoires multiconfessionnels ?

par Gehad Gregory Mohsen

Projet de thèse en Doctorat de géographie

Sous la direction de Anna Madœuf.

Thèses en préparation à Tours , dans le cadre de Ecole doctorale Sciences de l'Homme et de la Société (Tours) depuis le 12-01-2015 .


  • Résumé

    Cette recherche doctorale permettra d’appréhender les conditions géopolitiques des évolutions de paysages d’une petite partie du littoral libanais, d’analyser les échanges fonciers et leurs effets sur le développement des territoires à partir des enjeux sociaux, économiques, confessionnels et politiques qui les sous-tendent. Nos hypothèses se fondent sur le lien étroit entre la production des paysages et la gouvernance des territoires. Les divers acteurs, appartenant à trois confessions différentes (musulmanes, chrétiennes et druzes) se disputent l’espace régional littoral. Celui-ci est sous l’influence des dirigeants politiques, des communautés religieuses, des maires respectifs des villes, des groupes d’investisseurs étrangers ou locaux. La complexité des jeux d’acteurs, leurs diverses stratégies d’appropriation foncière, leurs logiques d’inscription dans l’espace font que le Liban est fragmenté en plusieurs territoires, souvent politiques et / ou confessionnels, ayant chacun des logiques spécifiques de fonctionnement interne. Notre étude portera sur la partie sud du littoral libanais qui s’étend entre Beyrouth et Saida ; Nous nous intéresserons plus particulièrement aux deux villes de Damour et de Jiyeh. Ces deux villes se situent au sud de la capitale, dans le Caza du Chouf, dans la zone druze du Liban. Alors que la ville de Damour située à 24 km de la capitale représente la dernière ville de la ceinture du grand Beyrouth, la ville de Jiyeh, elle, se situe, elle, à 15Km de la ville de Saida, la plus grande ville du Sud Liban (33 km de Beyrouth) ; Ces deux villes sont séparés par la ville de Debbiyeh qui constitue depuis la guerre en 2006 un nouveau noyau d’extension sociale : des constructions de petits immeubles de 3 à 4 étages remplacent l’espace agricole ; de plus il faut noter l’inauguration de la première grande surface marchande en 2013 et l’ouverture de l’université Arabe en 2014.


  • Pas de résumé disponible.