L'espace public solidaire iranien dans les tremblements de terre de Bam et d'Azerbadjan

par Modjtaba Najafi

Thèse de doctorat en Sciences de l'information et de la communication

Sous la direction de Jocelyne Arquembourg.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Arts et médias (Paris) , en partenariat avec Communication, information, médias (Paris) (laboratoire) depuis le 17-11-2014 .


  • Résumé

    Etudier la constitution d’un public solidaire lors des séismes de Bam et d’Azerbaïdjan est l’objet de cette recherche. Elle aborde la question selon une approche pragmatiste en vue de montrer comment les évolutions technico- démographiques et politico-sociales dans les années 2000 ont favorisé la formation du public iranien lors des séismes de Bam en 2003 et de celui d’Azerbaïdjan en 2012. A partir de ce constat, il s’agit d’étudier la contribution des citoyens internautes sur les blogs et sur les réseaux sociaux, ce qui a permis le rassemblement des Iraniens qui ont fait l’enquête pour vérifier une situation problématique en partant des effets des séismes pour arriver à leurs causes. Cette thèse examine également la couverture médiatique de la presse iranienne, soit conservatrice, soit réformatrice, pour découvrir les différents aspects de ces événements. En s’appuyant sur l’analyse du discours, cette recherche montre comment l’espace public iranien est plus proche de la lecture pragmatiste et plus éloigné de la lecture habermassienne. Selon l’approche pragmatiste, l’émotion est unificatrice et motrice, elle est prise comme facteur d’unité et de complétude dans l’expérience. Les émotions partagées par les différents acteurs de ces événements ont participé à la création d’un Nous, rassemblé par un objectif central. On y voit une argumentation émotionnelle, caractérisée par l’utilisation massive des témoignages et récits, des poésies, des métaphores et des métonymies et des images au sein du discours politico-social. Cette étude montre comment les citoyens indignés et choqués se sont rassemblés pour la reconstruction de l’Iran. Cette recherche fait apparaître la nouvelle image de l’Iran contemporain : l’Iran civil et l’Iran des réseaux. Le premier se caractérise par l’apparition d’une nouvelle société civile apparue particulièrement à la fin des années 1990 et au début des années 2000 et le deuxième se distingue par l’élargissement de l’espace public grâce au développement de l’internet notamment par les réseaux sociaux.

  • Titre traduit

    The united public sphere in the Face of Bam and Azerbaijan earthquakes in 2003 and 2012 : from a civil Iran, to a networked Iran


  • Résumé

    Studying the constitution of a united public during the earthquakes of Bam and Azerbaijan is the subject of this research. It tackles the issue with a pragmatist approach to show how techno-demographic and politico-social developments in the 2000s fostered the raising of the Iranian public during the earthquakes of Bam in 2003 and that of Azerbaijan in 2012. From this observation, this research aims at studying the contribution of citizen Internet users on the blogs and on the social networks, which allowed the gathering of the Iranians who made the investigation to check a problematic situation starting from the effects of the earthquakes to reach their causes. This thesis also analyses the media coverage of the Iranian press, either conservative or reformist, to discover the various aspects of these events. Based on discourse analysis, this research shows how the Iranian public sphere is closer to pragmatist approach and further away from Habermasian approach. According to the pragmatist approach, emotion is unifying and driving the individuals, it is conceived as a factor of unity and completeness in the experience. The emotions shared by the different actors of these events contributed to the creation of a We, brought together by a central objective. We see an emotional argument, characterized by the massive use of testimonies and stories, poems, metaphors and metonymies and images in a politico-social discourse. This study shows how indignant and shocked citizens gathered for the reconstruction of Iran. From this thesis work, arises the new image of contemporary Iran: civil Iran and networked Iran. The first is characterized by the emergence of a new civil society appeared particularly in the late 1990s and early 2000s and the second is distinguished by the expansion of the public sphere through the development of the internet including social networks.