Nébulisation de sérum salé hypertonique 3% dans le traitement de la bronchiolite aigue du nourrisson prise en charge en ambulatoire

par Matthieu Bremond

Projet de thèse en Doctorat Sciences Vie Santé

Sous la direction de Emmanuel Rusch.

Thèses en préparation à Tours , dans le cadre de Ecole doctorale Sciences de l'Homme et de la Société (Tours) depuis le 12-01-2015 .


  • Résumé

    La bronchiolite est une pathologie à forte incidence. En France, 450 000 enfants par an de moins de 2 ans présentent un épisode de bronchiolite (1er épisode et/ou récidive). Autrement dit, 30% des nourrissons de moins de 2 ans présentent un épisode de bronchiolite par an. Ces épisodes surviennent principalement lors des mois d’hiver. L’Evolution clinique est très majoritairement favorable. Sa durée est mal connue, mais les signes d’obstruction durent 8 à 10 jours. Une toux résiduelle peut persister encore une quinzaine de jours. La prise en charge est avant tout symptomatique (coucher proclive, majoration de l’hydratation, fractionnement de l’alimentation, désobstruction rhinopharyngée, etc.). Ces recommandations n’ont pas fait l’objet d’étude scientifique mais font le fruit de l’expérience quotidienne. Il est démontré que l’inhalation passive de tabac est un facteur aggravant pouvant conduire à l’hospitalisation (grade A). Il faut veiller à une aération correcte de la chambre de l’enfant et maintenir une température n’excédant pas 19 °C (grade C). Seule la kinésithérapie utilisant l’accélération du flux expiratoire est retenue comme thérapie avec un niveau de grade C, compte tenu de l’amélioration clinique qu’elle entraîne. Aucune autre thérapeutique n’a été validée. Un épisode de bronchiolite a des conséquences multiples : - La majorité des bronchiolites ont une prise en charge en ambulatoire, nombreuses consultations en période d’épidémie en cabinet libéral et aux urgences (30% sur recommandation des parents). - A court terme, les enfants de moins de un an ayant recours aux urgences sont hospitalisés dans 40% des cas. 18 nourrissons de moins de 1 an pour 1000 nécessitent une hospitalisation, ce chiffre n’a cessé d’augmenter ces 10 dernières années. - 10 décès par an sont attribués à cette pathologie. - Les rechutes de bronchiolite dans les deux premières années de vie concernent 23 à 50% des enfants. A partir du troisième épisode obstructif le terme d’asthme du nourrisson est d’usage. - Un enfant malade nécessite une réorganisation de son mode de garde, et souvent augmente l’absentéisme professionnel parental. Cet impact économique n’a pas été pas évalué. Compte tenu de sa forte prévalence, l’impact de cette pathologie est majeur, même si son évolution est majoritairement favorable. Depuis ces dernières années, de nombreuses études démontrent que l’utilisation de solutés hypertoniques dans la prise en charge des bronchiolites semble diminuer la durée d’hospitalisation et améliorer plus rapidement les scores cliniques. Néanmoins, l’intérêt de ces solutés hypertoniques n’a pas été validé en ambulatoire contexte ou l’affection est la plus fréquente (95% des cas). Nous souhaitons mettre en place un essai contrôlé randomisé en double aveugle pour tester l’efficacité des solutés hypertoniques dans la prise en charge ambulatoire des nourrissons


  • Pas de résumé disponible.