Construction et deconstruction des modeles de l’absolutisme eclaire dans la france des lumieres

par Anja Bundalo (Bilanovic)

Projet de thèse en Doctorat de Lettres Modernes

Sous la direction de Jean-Jacques Tatin-Gourier.

Thèses en préparation à Tours , dans le cadre de Ecole doctorale Sciences de l'Homme et de la Société (Tours) depuis le 11-12-2014 .


  • Résumé

    Dans la première partie de notre étude, nous présenterоns les principaux transferts culturels en Europe à l’époque où les absolutismes éclairés européens se sont constitués. Il nous paraît important de souligner qu’il y eut à cette époque-là un affaiblissement important des pouvoirs et des prestiges de l’Eglise et de la couronne afin de montrer que leur déclin fut une condition nécessaire pour le développement d’une Europe des juristes, des diplomates et des gens de lettres. C’est dans un tel cadre historique et culturel mouvant que le pouvoir tentera de se dégager de l’autorité de la religion, et que la langue française deviendra la langue de la République des lettres après avoir détrôné le latin. L’Europe des Académies et des Universités devient alors un espace où se développe une réflexion sans précédent sur les droits : droit pénal, droit naturel, droit des gens (droit international). Pour comprendre ces changements et ces mouvements, nous nous appuierons entre autres sur le travail de Krzysztof Pomian, qui porte sur les grandes mutations européennes au dix-huitième siècle. Ces perturbations qui tendent à déplacer les centres du pouvoir vers le Nord de l’Europe sont aussi et entre autre issues de ce que Paul Hazard appelle « la crise de la conscience européenne » (de 1680 à 1720). Dans un premier temps nous tenterons de donner une vue d’ensemble de cette Europe en mouvement pour mieux discerner ensuite les foyers principaux du développement des absolutismes éclairés au midi du siècle. Dans un deuxième temps, nous procéderons à l’analyse des textes qui nous ont paru révélateurs du développement et du rayonnement des absolutismes éclairés européens. Si elle reste aveugle à certaines politiques réformatrices européennes, notamment celles du Portugal et de l’Espagne, l’opinion française concentre son intérêt sur d’autres évolutions plus durables (celle de la Prusse de Frédéric II et de la Russie de Catherine II). L’étude des textes politiques de Voltaire et de Diderot sera ici essentielle. Nous verrons comment chez Voltaire l’admiration pour Frédéric II de Prusse est liée à son œuvre historique (notamment au Siècle de Louis XIV et à La Henriade) et, d’autre part, comment s’expriment les réserves de Diderot à l’égard du roi de Prusse (cf. Page contre un tyran). Les textes rendant compte de l’aide politique qu’il a apportée à Catherine II concentreront par ailleurs notre attention (Dialogues, Mélanges pour Catherine II). Nous essaierons ensuite de comprendre la désillusion de Diderot dans l’Observation sur le Nakaz et l’Essai sur les règnes de Claude et de Néron. Afin de mieux comprendre le processus de déconstruction des modèles de l’absolutisme éclairé, nous prendrons en considération le rôle qu’a joué le premier partage de la Pologne en 1772 par les trois monarques éclairés dans l’opinion publique française. Les années 1780 précipitent en quelque sorte la ruine de ce modèle politique. Interviennent là les perceptions d’évènements divers (Indépendance américaine, Révolution de Brabant contre Joseph II et échec des réformes de ce dernier). Enfin, la Révolution française et les réactions européennes qu’elle suscite (hostilité de Catherine II et de Marie Caroline de Naples) consacrent la dissolution de ce modèle.


  • Pas de résumé disponible.