Déminer la Bretagne à la Libération (1944-1947). Pour une histoire sociale du déminage et des démineurs

par Philippe Marion

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Marc Bergère.

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales (Rennes) depuis le 01-10-2014 .


  • Résumé

    Les opérations du déminage à la Libération s’inscrivent dans une double temporalité. Elles sont le dernier acte du temps de guerre. Engagées dès la Libération des villes et villages, elles font partie des préoccupations des élus locaux. Démarrant dès août 44, elles s’organisent au fil des mois alors même que les combats se poursuivent sur le territoire national jusqu’en février 45. Partie intégrante et postulat de départ de toute entreprise de reconstruction, elles s’inscrivent également dans le temps de l’immédiat après-guerre, époque caractérisée par le relèvement de l’économie française sur fonds de mise en place de l’antagonisme Est-Ouest au niveau international.Ce travail a pour objet une histoire sociale du déminage de l'été 1944 à l'automne 1947, date officielle de la dissolution du service de déminage. Il s'articule autour de deux zones géographiques distinctes : la Bretagne et l'Alsace. Ces deux régions sont fortement marquées par les faits de guerre mais le déroulement de leur libération et les conditions d'emploi des démineurs différent.Cette étude comprend trois axes : une étude des opérations et de l'implication du service de déminage, une étude sociale du groupe des démineurs dans sa diversité (démineurs civils, militaires ou prisonniers de guerre de l'Axe), une étude des rapports sociaux entre ces hommes et les populations locales ainsi que la mémoire qui demeure de ces opérations.


  • Pas de résumé disponible.