Scriabine, Webern, Wyschnegradsky, Harvey : une communauté de pensée ? Techniques compositionnelles et signification musicale

par Baptiste Lemoine

Projet de thèse en Musicologie

Sous la direction de Antoine Bonnet.

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Arts, Lettres, Langues (Rennes) depuis le 01-10-2014 .


  • Résumé

    Nous souhaiterions aujourd’hui proposer une nouvelle lecture du XXe siècle musical, lecture qui rapprocherait de façon a priori surprenante des compositeurs comme Scriabine, Webern, Wyschnegradsky et Harvey. Si des études musicologiques ont déjà été réalisées sur chacun de ces compositeurs individuellement, à ce jour jamais encore l’idée d’une quelconque parenté ou continuité entre ces compositeurs ne semble avoir été exprimée, notamment à cause de leurs tendances et de leurs penchants interdisant de les appréhender à partir des critères établis par la musicologie du XXe siècle. Au-delà des techniques compositionnelles propres à chacun de ces compositeurs, c’est pourtant leur sensibilité et leur attirance communes pour les questions d’ordre spirituel qui ont marqué leur production et leur pensée musicales et qui semblent aujourd’hui les rapprocher. Cette thèse se donne ici pour but d’étudier la pensée musicale de ces quatre compositeurs et, parallèlement à celle-ci, expliciter les techniques de composition qui en ont découlé et dont ils ont fait usage. Au-delà de cette nouvelle lecture, nous pressentons aussi plus qu’une simple forme de parenté entre la production musicale de ces compositeurs : il nous semble que s’y dessine une conception particulière et singulière de l’art, un imaginaire artistique commun dessinant une nouvelle mouvance artistique. Aussi, du fait de l’imaginaire à bien des égards similaire de ces quatre compositeurs, il s’agira de définir, au terme de notre travail, ce qu’on appellera provisoirement un « spiritualisme artistique » voire plus encore un « spiritualisme esthétique ».


  • Pas de résumé disponible.