La notion de nationalisme dans la littérature écrite en langue bretonne de 1954 à 1970

par Tristan Loarer

Projet de thèse en Breton

Sous la direction de Gwendal Denis et de Erwan Hupel.

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales (Rennes) depuis le 01-10-2014 .


  • Résumé

    Ce sujet propose de confronter l’analyse littéraire d’une période précise avec la notion de nationalisme. Celle-ci a été soutenue, étayée, argumentée tout autant que décriée, critiquée et combattue dans le contexte d’une république française une et indivisible, particulièrement au sujet de la Bretagne. L’objet de ce travail de recherche est de faire le jour sur l’évolution de cette notion, au regard d’une analyse d’un corpus choisi en fonction de critères objectifs. - A travers la chronologie des œuvres, observe-t-on, pour un même auteur, des indices tendant vers une vision plus radicale du nationalisme ? - Au contraire, les œuvres de cette période s’orientent-elles vers une littérature davantage internationaliste que nationaliste ? Il s’agira donc de définir les critères de ce qui fait d’une littérature un objet régional, national ou international. De quoi traite cette littérature, sous quelle forme,quels sont les registres employés et pour quel public ? Cette notion de nationalisme sous-entend une réflexion sur l’identité de la part de l’auteur qui compose en langue bretonne. La thèse propose d’analyser ces écrits sur ce qui apparaît tantôt être un simple attachement au territoire, tantôt être le reflet de démarches politiques plus émancipatrices. Le corpus devra être exhaustif et ne comprendre que des œuvres littéraires en langue bretonne rédigées durant la période choisie, quel que soit le lieu d’écriture et la ou les dates d’éventuelles éditions.


  • Pas de résumé disponible.