Œil photographique et incarnation dans l’œuvre de Rosamond Lehmann

par Jessica Le Flem

Projet de thèse en Anglais

Sous la direction de Nicole Terrien et de Jean-Pierre Juhel.

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Arts, Lettres, Langues (Rennes) depuis le 01-10-2014 .


  • Résumé

    Au lendemain de la Première Guerre mondiale, le projet littéraire de Rosamond Lehmann qui vise à définir et fixer les contours de l’expérience humaine amène l’auteur à représenter une réalité devenue spectrale et à tenter de lui donner une matérialité nouvelle. Cette quête de re-figuration du sujet et du monde suscite une réflexion esthétique qui traverse l’ensemble de l’œuvre de l’auteur. Si l’importance du visuel dans l’écriture de Rosamond Lehmann est aujourd’hui reconnue, la critique s’est longtemps concentrée sur l’influence des beaux-arts, délaissant les arts modernes que sont la photographie et le cinéma. Or, les problématiques qui hantent l’œuvre de l’écrivain moderniste font indéniablement écho à celles que soulève l’outil photographique : présence et absence, incarné et désincarné, permanence et fugacité, visible et invisible. L’écriture lehmannienne revêt un caractère résolument photographique, qui s’illustre par une expérimentation de la subjectivité, la technique du gros plan et de l’instantané, l’exploration et la multiplication des points de vue, des jeux sur les cadrages, la fragmentation, l’ombre et la lumière… Cette étude propose d’analyser la relation entre photographie et écriture lehmannienne, dans une perspective à la fois métaphorique et technique.


  • Pas de résumé disponible.