L’enlèvement d’enfant, une approche épistémologique et pluridisciplinaire du phénomène criminel : de l’acte aux conséquences psychiques vers une prise en charge victimale individualisée

par Maximilien Dacheville

Projet de thèse en Psychologie

Sous la direction de Amal Mahmoud El Sayed Hachet.

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales (Rennes) depuis le 01-10-2014 .


  • Résumé

    L’enlèvement d’enfant est un phénomène criminel qui n'a rien perdu de son actualité. Cet agir se pense au carrefour du droit, de la sociologie, de l’histoire et de la psychologie, chacune de ses disciplines y apportant des perspectives complémentaires. Cette complexité liée au fort impact que le passage à l’acte exerce sur l’opinion publique, engendre une représentation médiatique biaisée, en ce qu’elle tend à expliquer la relation entre la victime et son agresseur à travers le prisme du syndrome de Stockholm. Une fois libre, ce regard tend à enfermer la victime dans une place qui n’est pas la sienne, alors qu’elle se trouve au cœur d’un processus de reconstruction. C’est pourquoi il est nécessaire de contextualiser et d’individualiser la place de la victime (victime primaire, secondaire et tertiaire) tout autant que celle de l’agresseur, pour évaluer au mieux les conséquences psychiques et par-là proposer une prise en charge adaptée à chacun des protagonistes. Un enlèvement réalisé par un parent n’implique pas les mêmes dynamiques psychiques que la situation d’enlèvement par un tiers. Et d’autant plus lorsqu’il s’agit de considérer les motifs du passage à l’acte, l’âge et le genre de la victime et de l’agresseur, la nature de l’interaction victime/ravisseur pendant la durée de l’acte, l’impact physique et psychologique des conditions spatiales et temporelles de la séquestration, l’histoire de chacun des sujets. Autant de données qui sont primordiales à connaître afin d’évaluer et d’orienter les prises en charge victimales et agressologiques. Nous nous efforcerons à travers cette étude de comprendre et d’analyser les processus psycho-dynamiques engagés pour ainsi mieux saisir et délimiter des prises en charge spécifiques en s’écartant du modèle sémiologique commun consistant à isoler les conséquences victimales au syndrome de Stockholm mais plutôt en s’ouvrant à une analyse pluridisciplinaire et épistémologique de l’enlèvement d’enfant.


  • Pas de résumé disponible.