Politiques d'adaptation de la biodiversité aux contraintes écologiques en zone rurale

par Clémence Guimont

Projet de thèse en Science politique

Sous la direction de Bruno Villalba et de Pierre Mathiot.

Thèses en préparation à Lille 2 , dans le cadre de École doctorale des Sciences Juridiques, Politiques et de Gestion (Lille) depuis le 01-10-2014 .


  • Résumé

    La théorie politique environnementale, à l’aune de la sociologie environnementale1 et de la Green political theory2 principalement, propose une réflexion sur les conditions d’évolution des concepts cadres de la sociologie politique lorsqu’ils sont confrontés aux contraintes matérielles et aux finitudes environnementales. Dans le cadre de cette proposition de thèse, il s’agit donc d’interroger tout à la fois les conditions de production d’une politique publique adaptée à ces contraintes environnementales — comment se légitime et se construit une politique d’institutionnalisation de la biodiversité —, ainsi que d’en apprécier les conséquences sur la théorie de la décision publique face aux limites écologiques. L’hypothèse centrale est donc d’interroger conjointement les conditions de production d’une politique territoriale sur un domaine où prédomine l’incertitude du cadre d’analyse et d’action des politiques publiques (conciliation entre l’impératif de préservation/conservation de la biodiversité et nécessité de répondre aux cadres normatifs de développement local) et une analyse réflexive sur les modalités de production d’un discours théorique permettant de théoriser l’évolution d’une telle politique (comprendre ce que l’introduction effective d’une politique de biodiversité dans la théorie politique entraîne comme évolution significative dans l’élaboration des outils conceptuels de la sociologie politique). Le projet de thèse se concentre donc sur une dimension proprement empirique (compréhension des modalités de construction d’une politique territoriale visant à reformuler les conditions d’une interaction plus équilibrée entre milieux humains et milieux naturels, en se basant sur une approche transdisciplinaire (sciences de la terre et humaines) permettant de comprendre les contraintes et modalités de la fabrique des politiques publiques de biodiversité dans le Nord-Pas-de-Calais) et une ambition théorique souhaitant confronter le cadre théorique de la sociologie politique à l’aune des irréversibilités environnementales.


  • Pas de résumé disponible.