Nouvelles formes d'emploi : l'emploi atypique chez les "moins précaires" ou " travailleurs au projet".

par Maud Gregoire

Projet de thèse en Science politique

Sous la direction de Pierre Mathiot et de Guillaume Delalieux.

Thèses en préparation à Lille 2 , dans le cadre de École doctorale des Sciences Juridiques, Politiques et de Gestion (Lille) depuis le 01-10-2014 .


  • Résumé

    L’emploi atypique ne concerne plus seulement la partie « basse » de la pyramide sociale et se développe chez des travailleurs de classe moyenne, plus diplômés. Ce projet de thèse s’intéresse à l’un de ces nouveaux modes de travail : le travail « au projet ». Ce terme désigne tout emploi fondé sur la réalisation successive de missions. Il recouvre des statuts multiples : salarié en CDI ou CDD, indépendant, auto-entrepreneur, salarié-entrepreneur en coopérative d’activité et d’emploi etc. Les catégories d’emploi traditionnelles deviennent obsolètes pour caractériser ces travailleurs et répondre à leurs besoins. Quelles sont les politiques de l’emploi qui existent et qui restent à construire pour appréhender et sécuriser les parcours de ces travailleurs « au projet » ? A quels groupes d’intérêt se confrontent-elles ? A quelles pratiques et problématiques rencontrées sur le terrain par les travailleurs doivent-elles répondre ? Cette thèse abordera le sujet du point de vue de la science politique, d’une part via l’analyse des politiques publiques de l’emploi atypique, et d’autre part via l’étude des groupes d’intérêt en lien avec le travail au projet (secteur de l’économie sociale et solidaire, syndicats d’employés et d’employeurs, sociétés d’intérim et de portage salarial…). Elle comprendra également des éléments en sciences de gestion, via l’étude des dynamiques organisationnelles des travailleurs au projet. Elle aura pour terrain principal l’Union d’Economie Sociale « Initiatives et Cité », qui rassemble des entreprises travaillant au projet et accompagnant elles-mêmes des travailleurs au projet.


  • Pas de résumé disponible.