Le développement du mouvement sabbatianiste en Italie Binyamin ben El‘azar Coen Vitale da Reggio et son ‘Et ha-zemir, (עת הזמיר, Le temps du chant)

par Rachele Jesurum

Thèse de doctorat en Histoire, sociétés et civilisatons

Sous la direction de Alessandro Guetta et de Cristiana Facchini.

Thèses en préparation à Paris, INALCO en cotutelle avec l'Università degli studi (Bologne, Italie) , dans le cadre de École doctorale Langues, littératures et sociétés du monde (Paris) depuis le 01-10-2014 .


  • Résumé

    Ma thèse concerne le développement du mouvement sabbatianiste en Italie - qui fut l’un des pôles centraux d’enracinement et de diffusion de cette nouvelle foi messianique - entre le XVIIe et XVIIIe siècle, donc pendant une phase tardive du Sabbatianisme. J’essaie de décrire le post-Sabbatianisme italien et ses représentants à travers la figure de Binyamin ben El‘azar Coen Vitale da Reggio (1651-1730), un rabbin piémontais identifié par Gershom Scholem – le père des études sabbatianistes - comme l'un des fidèles les plus importants de Šabbetai Ṣevi (1626-76). Après une contextualisation historique et culturelle mise en ouvre en procédant par une méthode comparative soit entre milieu juif et chrétien de l’époque, soit entre mysticisme juif italien et mysticisme originaire de Safed en Galilée, J'analyse la production textuelle de Binyamin Coen. Je me concentre sur ses textes imprimés, en particulier Je traduis entièrement et étudie bien d'un point de vue linguistique qu'au niveau des contenus, la version imprimée de עת הזמיר (Et ha-zemir, Le temps du chant), un recueil de piyyutim (poèmes) cabalistiques consacrés à chaque jour de la semaine et aux fêtes religieuses les plus importantes. Publié la première fois à Venise en 1707, ce texte était utilisé dans le contexte des confréries piétistes dans les ghettos italiens, et se distingue pour une utilisation mystique très particulière de la métrique, en s'inscrivant parfaitement dans une époque qui voyait une large diffusion de la Cabale.


  • Résumé

    My thesis focuses on the development of sabbatean movement in Italy between the XVII and XVIII century, so a late phase of Sabbateanism. I am trying to describe this post-sabbateanism and his representatives through the study of a figure such as Binyamin ben El‘azar Coen Vitale da Reggio (1651-1730), a Piedmontese rabbi identified by Gershom Scholem – the father of the sabbatean studies – as a paragon of Sabbateanism in the Italian landscape. After an historical and cultural contextualization carried out by a comparative approach that compares both the Jewish and Christian environment at the time, and the Jewsih Italian mysticism with the one originated from Safed in Galilee, I analyze the literary production of Binyamin Coen. I focus on his printed texts, in particular I translate entirely and analyze the printed edition of עת הזמיר (Et ha-zemir, The time of song) a collection of cabalistic piyyutim (poems), composed of poems for each day of the week and for the main festivities. The first printed edition of "The time of the song" dates back to 1707, and was printed in Venice. The text was used in the context of the pietistic brotherhoods in the Jewish Italian ghettos, and stands out for his very particular mystic use of the metric. ‘Et ha-zemir is therefore perfectly inscribed in an era who saw a large spread of Kabbalah.