La fin de l'Ordre des Templiers en France, cas de la détention des frères dans les prisons du bailliage de Senlis (1310-1312)

par Lekpai Yves Keipo

Projet de thèse en Histoire et archéologie des mondes anciens et médiévaux

Sous la direction de John Tolan et de Klaus Van eickel.

Thèses en préparation à Nantes en cotutelle avec l'Université Félix Houphouët-Boigny (Abidjan, Côte d'Ivoire) , dans le cadre de STT - Sociétés, Temps, Territoires (Nantes) depuis le 29-01-2015 .


  • Résumé

    Cette recherche a pour objet l’étude de la fin des Templiers et plus précisément l’étude du maintien des templiers en détention dans les prisons du baillage de Senlis. Longtemps restée à la périphérie des études religieuses médiévales, l’histoire des Templiers continue de passionner les érudits, les chercheurs, les historiens etc. En violation du droit canonique, le coup de filet du 13 Octobre 1307 a permis l’arrestation de tous les Templiers du royaume de France accusés d’hérésie, d’idolâtrie, d’homosexualité institutionnalisée, de cupidité etc. Maintenus depuis leur arrestation en diverses prisons du royaume dont celles du baillage de Senlis, les détenus templiers vivent le quotidien carcéral sous la surveillance de l’administration royale. L’approche de cette recherche permet d’intégrer plusieurs champs d’études tels que le droit, la politique, la religion, la sociologie et enfin l’économie. D’où l’intérêt à analyser ce sujet loin du clivage des opinions d’innocence ou de culpabilité sur l’ordre, et cela, au regard d’un examen impartial des faits s’appuyant sur un manuscrit inédit qui traite de l’emprisonnement des Templiers à Senlis de 1310 à 1312.


  • Pas de résumé disponible.