Etude des particularismes du travail en milieu interalliés ou des missions de coopération à l'étranger au sein de l'armée de terre

par Christophe Allo

Projet de thèse en Sciences de gestion

Sous la direction de Franck Brillet.


  • Résumé

    De nombreuses études en sciences de gestion ont montré l'importance du facteur culturel dans le management au sein des organisations. Sur ce sujet, les travaux de Philippe d'IRIBARNE, chercheur au CNRS, sont une rérérence dans la démonstration de l'existence des spécificités nationales et des implications pour le management au sein des entreprises multinationales. Peut-on pousser cette analyse plus loin en orientant la réflexion vers le monde de l'Administration. En effet, elle est au service d'une politique et de citoyens, elle est constituée par eux-mêmes et doit répondre aux attentes de la collectivité. Comment dans ce cadre ne pourrait-elle pas être le reflet strict de sa culture ? Existe-t-til un modèle de fonctionnaire par pays ? La typologie de BOLLINGER et HOFSTEDE (1987) s'applique-t-elle aussi bien dans le privé que dans le public ? L'armée de Terre offre un laboratoire intéressant pour étudier la relation entre culture et management dans les administrations publiques. Tout d'abord, elle est une entité du service public à part entière. Ensuite ses missions offrent souvent l'opportunité à ses agents de travailler avec des partenaires értangers. Les engagements en opération se font dans un cadre interalliés (ONU, OTAN, UE). Ou alors, le militaire peut-être amené aussi à travailler au profit d'un pays étranger (missions de coopération), en Afrique notamment. Enfin, l'armée de Terre est depuis quelques années intégrée dans un processus d'harmonisation de ses procédures avec ses alliés dans le cadre des accords internationaux. Est-ce facile de renoncer à ses spécificités pour adopter des modèles internationaux (standardisation des procédures imposées par l'OTAN) ? enité


  • Pas de résumé disponible.