Fonction philosophique de la forme romanesque et fonction romanesque de la forme philosophique chez Marcel Proust

par Charlotte Pineau

Projet de thèse en Esthétique

Sous la direction de Pierre-Henry Frangne.

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Arts, Lettres, Langues (Rennes) depuis le 01-10-2014 .


  • Résumé

    Proust a longtemps hésité quant au genre qu'il voulait pour son oeuvre. Un essai ou un roman ? Ce sera finalement un roman. Néanmoins, on retrouve des traces de cette hésitation génétique au sein même de la Recherche? Ce n'est pas pour rien que Proust est l'auteur le plus lu par des philosophes. Mais pourquoi un tel engouement ? Certainement parce que la Recherche est d'une extraordinaire richesse philosophique. Mais contrairement à certains commentateurs de Proust qui ne voient de la philosophie que dans les longs passages théoriques sur la mémoire, le désir, l'art ou le temps, l'optique choisie est de considérer que la philosophie proustienne est inhérente à la forme romanesque. En ceci, ce n'est pas tant le Proust théorisant qui est philosophe, mais bel et bien le Proust écrivain dans son effort de structuration du réel. La construction de la Recherche résulte de cette volonté commune au philosophe et au romancier d'établir un système total et clos permettant de rendre compte de manière structurée de l'ensemble du réel? Ce donc qu'en étudiant précisément les techniques romanesques utilisées que l'on pourra alors comprendre ce qu'est la philosophie proustienne. Mais alors quel rôle peuvent avoir ces longs passages théoriques de la Recherche ? Ces passages théoriques, ces maximes que l'on trouve en abondance et même les références plus ou moins explicites aux philosophes ne sont pas les traces d'un essai disséminé dans le récit mais constituent plutôt une technique romanesque parmi tant d'autres.Si "l'inversion" permanente des personnages est une technique du temps, alors la forme philosophique est une technique de l'éternité, tout comme la réminiscence, la théorie dans le roman permet au lecteur de permuter différents moments du récit et de leur donner une unité en dehors de la parcellarisation du temps narratif. Peut-être même que la philosophie serait, elle aussi, un moyen de retrouver le temps perdu ?


  • Pas de résumé disponible.