'La Politique étrangère de l'A.K.P. en Afrique subsaharienne francophone: le cas de la Côte d'Ivoire'

par Omer Aldikacti

Projet de thèse en Science politique

Sous la direction de Jean Marcou.

Thèses en préparation à l'Université Grenoble Alpes , dans le cadre de École doctorale sciences de l'homme, du politique et du territoire , en partenariat avec Centre d'Etudes et de Recherche sur la Diplomatie, l'Administration Publique et le Politique (laboratoire) et de Environnements (equipe de recherche) depuis le 01-02-2015 .


  • Résumé

    La Turquie de l'AKP, en l'occurrence de Monsieur le Président turc Tayyip ERDOGAN dispose d'une vision de politique étrangère d'une part post ottomane, d'autre part d'ouverture vers l'Afrique, aussi ne fasse pas elle la partie de cet empire dans l'histoire. Voir les effets de cette stratégie dans les contacts avec la Côte d'Ivoire, un pays si l'on ose à dire, à la fois francophone et francophile constituerait un échantillon représentatif éventuel de cette politique d'Ankara pour la dite région. Pour y parvenir il faut rappeler déjà la place dans les forces internationales de la Turquie aux périodes de crises récentes ivoiriennes ainsi les échanges (sur plusieurs point de vue) qui suivent celles-ci. On dirait que malgré aux faibles tentatives de puissances douces de la Turquie, dans ses relations avec Yamoussoukro, les limites régionales et structurelles prédomineraient; ceci pourrait se traduire par l'échec de la stratégique profonde d'Ahmet DAVUTOGLU ou pas ? La question se poserait...

  • Titre traduit

    'The foreign policy of the A.K.P. In sub-Saharan francophone Africa: the case of Ivory Coast'


  • Résumé

    The Turkey of the AKP, in this case of the Turkish President Tayyip ERDOGAN has a foreign policy vision on the one hand post Ottoman, on the other hand of opening towards Africa, also does not make it The part of this empire in history. Seeing the effects of this strategy in contacts with Ivory Coast, a country that dares to say, both Francophone and Francophile, would constitute a representative sample of this Ankara policy for the region. In order to achieve this, it is necessary to recall already the place in the international forces of Turkey during periods of recent Ivorian crises and the exchanges (on several points of view) that follow them. It would seem that, in spite of the feeble attempts of Turkey, in its relations with Yamoussoukro, the regional and structural limits would predominate; This could result in the failure of Ahmet DAVUTOGLU's strategic strategy or not? The question would arise ...