Les bandes criminelles, un défi à la démocratie. Comprendre le phénomène pour élaborer une lutte efficace

par Charles-Louis Favillier

Projet de thèse en Science politique

Sous la direction de François Haut.


  • Résumé

    Sur son territoire, le pouvoir régalien de l'État est concurrencé par les formes alternatives d'autorité et de souveraineté que développent les bandes criminelles. Quoiqu'anciennes, celles-ci prospèrent sur tous les continents depuis le milieu du vingtième siècle, d'une manière préoccupante tant en termes criminologiques que politologiques. Dans cette thèse, ces entités seront envisagées à partir de leur anatomie particulière, induisant un caractère spécifique d'organisation largement incompris. Leur forme d'organisation et l'incompréhension qui en résulte contribuent à les préserver de la répression : la neutralisation judiciaire de leurs meneurs, en particulier, ne faisant pas cesser leurs activités criminelles. Cette thèse tendra donc à démontrer que, si la menace des gangs est très mal prise en compte par les États, c'est parce qu'elle n'est pas bien appréciée. Ainsi l'appellation très répandue de "zones de non-droit' donnée aux territoires qui sont sous la coupe de ces groupes, résiste difficilement à l'analyse : en réalité, l'ordre souverain y est remplacé par un ordre alternatif criminel, aux normes simplistes et brutales et par le règne de la terreur. L'appréciation erronée de la menace conduit donc à forger des outils de répression inadaptés. Cette thèse montrera ainsi que seule une compréhension de ces entités criminelles, de leur organisation, de leur recrutement et de la gestion de leurs territoires permettra de protéger la démocratie, pour laquelle elles représentent partout une concurrence particulièrement sérieuse ; et elle a pour ambition de contribuer à cette compréhension par l'analyse détaillée du phénomène dans toutes ses dimensions.


  • Pas de résumé disponible.