La préférence des jeunes enfants pour les comportements prosociaux est-elle robuste ? Etudes expérimentales et oculométriques à 6,12,18,24 et 36 mois.

par Claire Holvoet

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Delphine Picard.

Thèses en préparation à Aix-Marseille , dans le cadre de Cognition, langage, éducation (356) .


  • Résumé

    En 2007, une étude menée par Hamlin, Wynn et Bloom a montré qu’à 6 mois les jeunes enfants disposent de capacités d’évaluation sociale, qui s’illustrent dans leur préférence pour des personnages prosociaux. Depuis, de nombreuses études ont tenté de retrouver la préférence pour un personnage prosocial. Parmi elles, certaines n’ont pas retrouvé ce résultat, questionnant la solidité de ces capacités. L’objectif de cette thèse est de tester l’existence et la robustesse de la préférence pour un comportement prosocial chez les jeunes enfants en manipulant : 1) l’âge (6, 12, 18, 24, 36 mois), le type de scénario social (aide, jeu, partage), et l’apparence faciale des agents prosociaux et antisociaux (familière ou inhabituelle). Dans cet objectif, quatre études ont été réalisées auprès de 446 enfants âgés de 6 à 36 mois qui ont visionné des dessins animés faisant interagir des agents prosociaux et antisociaux. Leurs préférences ont été identifiées par un geste de pointage/atteinte ou à l’aide d’un oculomètre. Nos résultats montrent que la préférence pour un comportement prosocial est observée quasiment à tous les âges testés, et varie en fonction du scénario social. Enfin, dans les situations sensées être conflictuelles au regard des préférences des jeunes enfants, ces derniers n’expriment majoritairement pas de préférence. L’ensemble des résultats remettent en question la solidité d’une préférence précoce pour un comportement prosocial et questionnent les conditions nécessaires à son observation. Les résultats de cette thèse sont discutés à la lumière de questionnements méthodologiques et d’études récentes qui fragilisent les résultats princeps d’Hamlin et ses collaborateurs.

  • Titre traduit

    Is infants' preference for prosocial behaviors strong? Experimental and eye-tracking studies at 6, 12, 18, 24, and 36 months


  • Résumé

    In 2007, a study carried out by Hamlin, Wynn, and Bloom showed that infants aged 6 months are able to make social evaluation, that could be identified through their preference for prosocial characters. Since, a number of studies have tried to confirm this preference for prosocial characters. Of these, some did not find similar result, raising question on the robustness of this ability. This dissertation aims to test the existence and the strength of the preference for prosocial behaviors in infants by manipulating: 1) age (6, 12, 18, 24 and 36 months), the type of the social scenario (help, play, share), and the facial appearance of the prosocial and antisocial agents (familiar or unusual). To that end, four studies have been carried out with 446 infants aged 6 to 36 months who were shown specially designed animated cartoons in which prosocial and antisocial agents interacted. Infants’ preference was identified through their pointing/reaching gesture or assessed by an eye-tracker. Our results show that the preference for the prosocial behaviors was observed in nearly all the tested age, and varied according to the social scenario. Finally, in the situation assumed to be conflicting infants' preferences, infants mostly did not express any preference. All results challenge the strength of the preference for prosocial behaviors as well as the conditions that must be met to observe it. The results of this dissertation are discussed in the light of methodological issues and recent studies that weaken Hamlin and collaborators’ original results.