La Religion au service du Parti. Le taoïsme et sa politisation « positive » en Chine postmaoïste : analyse critique d'un discours religieux officiel

par Hélène Voyau

Thèse de doctorat en Histoire, sociétés et civilisations

Sous la direction de Frédéric Wang et de Sébastien Billioud.

Thèses en préparation à Paris, INALCO , dans le cadre de École doctorale Langues, littératures et sociétés du monde (Paris) , en partenariat avec L'Institut français de recherche sur l'Asie de l'Est (equipe de recherche) depuis le 01-10-2014 .


  • Résumé

    L’Association taoïste de Chine, une organisation religieuse officielle, sert de corps intermédiaire de l'Etat-Parti dans la gestion étatique et le contrôle idéologique du taoïsme – l’une des cinq religions officiellement reconnues en République populaire de Chine. Dans ce travail, notre attention s’est focalisée sur le discours normatif de ses hauts membres religieux, contraints de promouvoir auprès du clergé soumis à leur autorité un taoïsme "compatible avec le socialisme". Via une analyse critique de leur discours, nous mettons en relief les stratégies discursives employées pour susciter l’adhésion des adeptes taoïstes au nouveau rôle social que l’Etat-Parti leur assigne, celui de garants de l’"harmonie sociale" et de promoteurs de l'"essor de la culture chinoise" à l'intérieur du pays et à l'étranger.

  • Titre traduit

    Religion serves the Party. Taoism and its "positive" politicization in post-Maoist China : critical analysis of an official religious discourse


  • Résumé

    The Taoist Association of China, an official religious organization, serves as an intermediary body of the Party-State for the state management and ideological control of Taoism - one of the five officially recognized religions in the People's Republic of China. In this work, we focused on the normative discourse of its high rank religious members, who are compelled to promote among the clergy under their authority a Taoism which is "compatible with socialism". Through a critical analysis of their discourse, we highlight the discursive strategies employed to induce the adherence of Taoist followers to the new role the Party-State assigned to them, that of guarantors of "social harmony" and promoters of the "rise of Chinese culture" at home and abroad.