L'impact du compteur communicant Linky sur les politiques publiques de l'énergie et du développement durable en France

par Thoma Lamb

Projet de thèse en Science politique

Sous la direction de Yves Surel.


  • Résumé

    L’objet de cette recherche est de déterminer l’impact des réseaux intelligents, et plus particulièrement des compteurs communicants, sur le secteur de l’énergie. En suivant les expérimentations menées en vue du déploiement de l'instrument de comptage évolué Linky, depuis la conception de l'instrument jusqu'à la décision de déploiement national, cette thèse cherche à dégager et analyser les enjeux qui sous-tendent la mise en oeuvre de pareil instrument - depuis le national jusqu'au local. Pour se faire, ce travail s’appuie sur les théories de l’instrumentation de l’action publique. Dans la mesure où les expérimentations portant sur Linky comportent un volet de Maîtrise de la demande en énergie, on peut postuler l'hypothèse que cette technologie permet le développement de la figure du « prosommateur » (ou « consommacteur ») ; il s’agirait dès lors d’étudier plus en profondeur le rôle du citoyen en fonction du développement des smart grids, et plus particulièrement des compteurs communicants. Par ailleurs, l’intégration de ces nouveaux dispositifs dans le domaine historiquement centralisé de l’énergie provoque une redistribution des rôles au sein des acteurs, à la faveur d’une territorialisation de l’action publique énergétique inédite dont il convient de mesurer les conséquences. Ce sujet s’inscrit plus largement dans le mouvement de numérisation de l’action publique dans la mesure où c’est à partir de ce mouvement que les évolutions induites par les réseaux électriques intelligents sont potentiellement les plus nombreuses et les plus fortes. En effet, l'effectivité de ces réseaux repose entre autres sur l’intégration de capteurs chargés de récolter et de traiter les données relatives au fonctionnement du réseau, notamment les données de consommation des particuliers et des entreprises. À ce titre, ils s’intègrent dans les nouvelles pratiques de la gouvernementalité algorithmique - définie par Antoinette Rouvroy et Thomas Berns à partir des travaux fondateurs de Michel Foucault. Il s’agirait subséquemment de partir de cette notion pour définir les contours d'une pratique à venir s’apparentant à une forme de gouvernementalité algorithmique verte – notamment à travers le développement de « Nudges Verts » – induite par les réseaux intelligents et plus largement par le développement de l’internet de l’énergie.

  • Titre traduit

    The impact of smart meters on energy public policies in France


  • Pas de résumé disponible.