L’école de Genève : histoire, geste et imagination critiques (Georges Poulet, Jean Starobinski et Jean-Pierre Richard)

par Marta Sabado Novau

Projet de thèse en Littératures et civilisations comparées

Sous la direction de Tiphaine Samoyault.

Thèses en préparation à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Littérature française et comparée (Paris) , en partenariat avec Centre d'études et de recherches comparatistes (Paris) (laboratoire) et de Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris) (établissement de préparation) depuis le 21-10-2014 .


  • Résumé

    Ce travail propose une histoire de l’école de Genève à travers l’étude comparée des œuvres de Georges Poulet, Jean Starobinski et Jean-Pierre Richard. Une première partie retrace l’histoire intellectuelle du groupe à une époque marquée par l’influence de la phénoménologie, puis par la pensée structuraliste ; ainsi que par les tensions entre une nouvelle critique extrauniversitaire et une critique universitaire. En s’appuyant sur la correspondance inédite entre ces trois auteurs, ce récit historique permet de découvrir l’histoire du groupe de l’intérieur, et s’efforce de nouer la pensée à la vie. Une deuxième partie analyse les études de Poulet, Starobinski et Richard pour tenter de cerner la spécificité de leur démarche critique au-delà de leurs singularités de style et des différentes théories et méthodes auxquelles ces trois auteurs ont pu être associés. La notion de « geste critique » permet de proposer une analyse immanente de leurs textes, en se focalisant sur les mouvements de la pensée interprétative. Ces auteurs mobilisent images et métaphores pour penser l’acte et la relation critique, et cet imaginaire influe sur leurs gestes herméneutiques. Ceci rapproche leur pratique d’une pensée rêvante qui transforme l’interprétation des textes en un acte d’« imagination critique », compris comme la conjonction entre identification et prise de distance, discernement et force créatrice, logique et sensibilité.

  • Titre traduit

    Geneva School : history, gesture and critical imagination (Georges Poulet, Jean Starobinski et Jean-Pierre Richard)


  • Résumé

    This dissertation proposes a history of the Geneva School through the comparative study of the works of Georges Poulet, Jean Starobinski and Jean-Pierre Richard. The first part traces the intellectual history of the group at a period in time marked by the influence of phenomenology and later, of structuralism; and by tensions between the new extra-academic criticism and traditional academic criticism. Based on the unpublished correspondence between these three authors, this historical account allows for the discovery of the group from within, and endeavors to link thought to life. The second part analyzes the works of Poulet, Starobinski and Richard in an attempt to grasp the specificity of the critical process, looking beyond their stylistic singularities and different theories and methods to which the three authors have been associated. The notion of “critical gesture” allows for an immanent analysis of their texts, focusing on the movements of interpretive thought. These authors employ images and metaphors to reflect on the critical act and on critical relations, and this imagination in turn influences their hermeneutic gestures. This brings their practice of dreamlike thought that transforms the interpretation of texts into an act of “critical imagination”, understood as the convergence between identification and distancing, discernment and creative force, logic and sensitivity.