Les Russes en Océanie et dans les grands ports transpacifiques : enjeux coloniaux, observations et transferts scientifiques et culturels (1803-1825)

par Irina Kozlova (Tsitovitch)

Projet de thèse en Histoire moderne et contemporaine

Sous la direction de Claire Laux.

Thèses en préparation à Bordeaux 3 , dans le cadre de Montaigne-Humanités , en partenariat avec Les Afriques dans le Monde (equipe de recherche) depuis le 24-10-2014 .


  • Résumé

    Le programme de recherche contribue à l’analyse du projet russe pour l’Océanie et les grands ports transpacifiques dans le premiers tiers du XIXe siècle, de son apparition, sa conception, son déploiement et son déclin et à la redéfinition de la présence russe dans le Pacifique Sud et dans les ports d’accès à cette zone géographique. Les voyages russes dans le Pacifique Sud, seulement envisagés ou bien réalisés, sont étudiés dans le contexte des rivalités coloniales entre grands puissances européennes. Nous partons de l’idée sur l’existence de liens entre ces voyages organisés par des institutions différentes en apportant des éclairages sur les emprunts technologiques et idéologiques qui contribuèrent à la naissance de ce projet. Nous voyons ici une étonnante coopération scientifique et technique, sans oublier la compétition, dont nous étudions la nature, la genèse, les réseaux et les acteurs. L’étude des étapes océaniennes dans leur intégralité permet de comprendre que derrière les enjeux officiellement déclarés, comme l’approvisionnement des bateaux, la possibilité de faire escale ou de mener des recherches scientifiques, se cachaient d’autres enjeux beaucoup plus importants :les îles du Pacifique Sud furent envisagées comme une zone d’influence politique, économique et culturelle russe. Les Russes s’y occupaient de collecte d’informations et d’objets, dressaient des bilans de richesses naturelles, cartographiaient non seulement des îles en leur donnant des appellations russes, mais aussi les baies pratiques pour le mouillage et la construction de chantiers navals, décoraient les insulaires de médailles de l’Empire. Les voyages russes en Océanie avec de longs escales dans les ports transpacifiques n’eurent pas de conséquences géopolitiques et sont passés presque inaperçus aux yeux des Européens. Mais au-delà de cet échec, ces voyages contribuèrent à la formation d’une génération exceptionnelle de marins, à un progrès technique dans le domaine des sciences navales chez les Russes, à la sauvegarde de la flotte russe à l’époque de son déclin et à la constitution de riches collection d’objets authentiques en provenance de l’Afrique, de l’Amérique du Sud et du Pacifique Sud en Russie.

  • Titre traduit

    The Russians in Oceania and major trans-Pacific ports : colonial issues, observations, cultural transfer and circulation of knowledge and skills (1803 - 1825)


  • Résumé

    The aim of the research programme is a contribution to the analysis of the projects the imperial Russia for the trans-Pacific ports and Oceania as well as a redefinition of the Russian presence in these regions during the first half of the 19th century. The issues of Russian travels, whether they are planned or carried out, will be studied in the context of colonial rivalries between great powers of Europe. We will start with the assumption of the existence of real links between these travels. This theme will be the basis of a reflection on a Russian project for the trans-Pacific ports and Oceania, on the conditions of its appearance, its conception, its implementation and its decline. We will try understand the technological and ideological borrowings leading to its birth. This question will involve studies on a double ground : that of the reflection around the grafts carried out by the Russians, but also that of the Russian contributions to the European science oncerning biology, climatology, hydrography, geology. We are likely to see here an amazing scientific and technical cooperation, not to mention the competition or a strange pretended cooperation which we will try to study the genesis , networks and actors. The study of each and every step in the Pacific ocean allows us to understand the fact that, beyond the officially reported issues, as for instance the supplying of the ships, the possible stopovers, the scientific research, as a matter of fact much more important but hidden issues were at stake : South Pacific Islands were considered a zone of political, economical and cultural influence. Russians collected information and objects, assessed local natural ressources, set out the cartography showing convenient bays for anchorage and shipyards of islands (to which they gave Russian names), and awarded islanders with medals of the Empire. Russian sea voyages with long stopovers in trans-Pacific portss had no geopolitical repercussions and went almost unnoticed by Europeans. In spite of this failure, these journeys contributed to the training of a generation of exceptional sailors, to technical improvement in the field of naval science for the Russians, to the conservation of the Russian fleet at a time when it was waning, and to the building up of rich Russian collections of artifacts from Africa, South America and the South Pacific.