Bagues et anneaux du haut Moyen-Age en Gaule du Sud

par Julie Renou

Projet de thèse en Sciences archéologiques

Sous la direction de Isabelle Cartron kawe.

Thèses en préparation à Bordeaux 3 , dans le cadre de Montaigne-Humanités , en partenariat avec Institut de recherche sur l'Antiquité et le Moyen Age (equipe de recherche) depuis le 28-09-2012 .


  • Résumé

    Le sujet porte sur les bagues et les anneaux conservés en Gaule du sud pendant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Age (IVe-IXe siècle). Les études portant sur ces objets précieux ont jusqu’alors essentiellement consisté en l’élaboration d’une typochronologie que ce soit pour la Gaule romaine ou pour les royaumes mérovingiens septentrionaux. Il s’agit ici d’aborder le sujet de manière plus large, pour les régions méridionales, et dans une optique interdisciplinaire (archéologie, histoire, archéométrie, anthropologie sociale). En effet, s’il est nécessaire d’établir d’abord un inventaire exhaustif des bijoux et de proposer une typologie, l’élaboration de ce corpus servira à interpréter la fonction et l’utilisation de ces objets dans la société du haut Moyen Age. En tant qu’objet précieux, le port des bagues reste l’apanage des élites ; elles constituent un marqueur important du point de vue de l’identité sociale, de la mémoire familiale et des échanges économiques. Afin d’aborder pleinement cette thématique, il conviendra d’aborder la question du mode de fabrication des objets (caractérisation des matériaux utilisés, techniques mises en œuvre) mais aussi la manière dont ils sont utilisés par les élites (étude des sources écrites, des inscriptions sur les bagues, du dépôt d’objets dans les sépultures). La période chronologique envisagée est assez large : du IVe au IXe siècle. Le IVe siècle permet d’aborder la question de l’héritage antique, particulièrement important dans des régions romanisées. A l’autre extrémité, le IXe siècle a pour le moment été arrêté car il correspond à une forte diminution des dépôts funéraires (source principale de découverte des objets de ce type) et à une baisse très sensible du nombre des bagues conservées. Ces changements seront discutés et explicités. Quant à l’aire géographique concernée, elle correspond à un grand quart sud-ouest de la France actuelle en tenant compte des ensembles politiques, particulièrement fluctuants pendant ces siècles : l’étude inclut les territoires allant de la Loire jusqu’aux Pyrénées (les provinces romaines d’Aquitaine ainsi que la Novempopulanie), ainsi qu’ une partie de la Narbonnaise (jusqu’au Rhône, Septimanie et Languedoc).

  • Titre traduit

    Rings of the Early Middle Ages in Southern Gaul.


  • Résumé

    The subject is about the rings kept by the Southern Gaul, from the late Antiquity to the end of the Early Middle Ages. Nowadays, studies about these precious artifacts consist essentially in making typochronologies, for the Roman Gaul or the Northern merovingian kingdoms. The aim is now to opt for a broader point of view on this subject for the southern regions, in an interdisciplinary approach (archaeology, history, archaeometry, social anthropology). It’s necessary indeed to establish an exhaustive inventory of the jewels in order to propose a typology, and this corpus will be used to interpret the function and the use of these objects by the Middle Ages societies. As precious objects, carrying rings are the prerogative of the elites, and are important markers of identity, family memory and economic exchanges. Therefore, it’s necessary to study the methods of manufacturing the artifacts (analysis and charaterization of materials, techniques) but also the use by the elites (study of written sources, rings inscriptions, funeral deposits). The chronological period considered to study the ancient heritage begins in the late Antiquity, in the IVth century. This period ends during the IXth century, that corresponds to the decrease of the funeral deposits (which are the main source for these type of objects) and to the reduction of the rings kept as well. The geographical area corresponds to a quarter of the current southern France, which represents the roman region of the Galia Aquitania, and the Novempopulanie.