Alger et les années 1990 : représentations littéraires et photographiques

par Rym Khene

Thèse de doctorat en Littératures générale et comparée

Sous la direction de Xavier Garnier.

Thèses en préparation à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Littérature française et comparée (Paris) , en partenariat avec Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité (Paris) (laboratoire) depuis le 16-10-2014 .


  • Résumé

    Cette thèse se propose d’étudier les représentations littéraires et photographiques d’Alger dans les années 1990. Quelles sont les modalités par lesquelles s’élaborent les représentations de la ville dans cette décennie noire que l’on a souvent considérée comme étant sans images ? Notre hypothèse est que la crise des images a frappé la ville d’Alger d’autant plus durement que, depuis l’époque coloniale, sa représentation s’est construite autour de la photographie. L’enjeu du croisement de la littérature et de la photographie que nous proposons est de rendre visibles les images de la ville qui ont bel et bien été produites et mises en circulation dans cette période, mais qui n’ont pu être relayées faute d’un cadre représentatif adéquat. L’espace algérois apparaît comme le lieu où des dynamiques collectives vont rechercher ces images manquantes qui, si elles se voient repoussées vers les marges de la ville, constituent le hors-champ nécessaire à de nouvelles représentations d’Alger.

  • Titre traduit

    Algiers and the 1990s : literary and Photographic Representations


  • Résumé

    This dissertation studies the literary and photographic representations of Algiers in the 1990s. What are the modalities by which representations of the city are developed during the Black Decade, which is often considered to be without image? Our hypothesis is that the crisis of images hit Algiers all the more as since the colonial period, its representation was built around photography. Through a double prism of literature and photography, we seek to make visible images of the city which were made and circulated during this period, but could not be relayed for lack of adequate representational frameworks. The space of Algiers appears as a place where collective dynamics will seek out these missing images which, if they see themselves pushed to the outskirts of the city, constitute the necessary off-frame for new representations of Algiers.