Le fantasme dans la psychose - enjeux théoriques, épisimologiques et cliniques

par Mariel CAMAS MARTIN

Projet de thèse en Psychologie

Sous la direction de Michel Grollier.

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales (Rennes) depuis le 01-10-2014 .


  • Résumé

    Le fantasme est un signe de l’usage du symbolique. Le psychotique lui aussi fait usage du symbolique. La question sur le concept de fantasme est ici abordée en ses origines chez Freud, quand s’est construit le concept de fantaisie originaire. Nous soulignons qu’il utilise ce concept aussi par rapport à la psychose. Pour sa part, Lacan énonce que la formule symbolique donne sa forme à ce qu’il appelle le fantasme fondamental. En même temps il montre que s’il s’agit du pervers ou du psychotique, la relation du fantasme s’institue de telle sorte que a est à sa place du côté de i(a) . La question qui se pose est: pourrions-nous parler de l’existence d’un fantasme chez le sujet de structure psychotique ? Avec les avancées concernant les études psychanalytiques par rapport aux psychoses, plus spécifiquement le concept proposé par Jacques Alain Miller de psychose ordinaire et surtout les changements que nous rencontrons dans la clinique du sujet post-contemporain, nous nous voyons en face de la nécessité de réviser quelques concepts et leur application dans la clinique. Il ne va pas de soi de parler du fantasme dans la psychose. En effet, le fantasme suppose un sujet, et un désir. Pour le sujet névrosé, son support est essentiellement le fantasme, il s’appuie sur le fantasme dans l’imaginarisation, soit dans un désir soutenu comme non-réalisé. Dans ce cas, le fantasme inscrit essentiellement l’objet petit a dans un rapport symbolique, à travers le développement combinatoire de la métaphore et de la métonymie, et la dimension du semblant. Dans cette mesure, le fantasme appareille la jouissance comme « fiction » de jouissance. Or, pour le sujet psychotique, cela ne se passe pas de la même manière, le fantasme ne fonctionne pas comme barrière à la réalisation du désir. Comment comprendre la fonction du fantasme chez ces sujets qui rejettent la solution paternelle ? En d’autres termes, comment les psychotiques se servent-ils du fantasme? Telles sont les questions de cette recherche.


  • Pas de résumé disponible.