Devenir député en situation révolutionnaire. Expérimentations démocratiques et restaurations autoritaires en Tunisie (2011-2015).

par Deborah Perez

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Éric Gobe.

Thèses en préparation à Aix-Marseille , dans le cadre de Sciences Juridiques et Politiques (67) .


  • Résumé

    Comment entre-t-on en politique pendant une révolution ? Changer les hommes permet-il pour autant de changer les pratiques ? Cinq ans après le départ de Zine el-Abidine Ben Ali, la Tunisie s’est dotée d’une nouvelle constitution, et connaît sa première alternance pacifique. Cette réussite est saluée à l’international comme une « exception tunisienne », alors même que de nombreuses voix tunisiennes dénoncent un « hiver islamiste » ou encore un « retour de l’ancien régime ». Notre enquête de terrain auprès des députés de l’Assemblée Nationale Constituante tunisienne pendant l’écriture de la nouvelle constitution et lors des campagnes électorales, nous permet d’étudier un épisode central du changement de régime tunisien — l’expérience du renouvellement du personnel politique, de la rédaction d’une nouvelle Constitution, et d’une première alternance par les urnes — pour y saisir la manière dont les pratiques des élus sont riches d’expérimentations démocratiques mais contribuent également à réactualiser un ensemble de pratiques héritées de l’autoritarisme.

  • Titre traduit

    Becoming an MP in a Revolutionary Situation. Democratic Experimentations and Authoritarian Restorations in Tunisia (2011-2015)


  • Résumé

    How does one get into politics during a revolution? Is changing people the key to changing practices? Five years after Zine el-Abidine Ben Ali was ousted by mass mobilizations, Tunisia has adopted a new Constitution and is experiencing its first peaceful alternation of power. This success is hailed internationally as the “Tunisian exception”, while an important number of voices in Tunisia denounce an “Islamist Winter” or a “return to the old regime”. Our fieldwork on the MPs of the Tunisian National Constituent Assembly during the elaboration of the new Constitution and the electoral campaigns allows us to analyze a crucial episode of the change of regime in Tunisia – characterized by the renewal of the political body, by the drafting of a new Constitution and by the first peaceful alternation of power following elections – so as to understand how the practices of the MPs are rich in democratic experimentations yet also in authoritarian legacies.