Facteurs pronostique chez les personnes vivants avec le VIH

par Maxime Hentzien

Projet de thèse en Médecine - STS

Sous la direction de Moustapha Dramé et de Firouze Banisadr.

Thèses en préparation à Reims , dans le cadre de Ecole Doctorale Sciences, Technologies, Santé , en partenariat avec (SPVQVRSF) Santé Publique, Vieillisement, Qualité de Vie et Réadaptation des Sujets Fragiles (laboratoire) depuis le 11-12-2014 .


  • Résumé

    Depuis l'apparition des trithérapies hautement actives en 1996 et leur diffusion, les patients vivant avec le VIH (PVVIH) bénéficient d'une option thérapeutique permettant la restitution d'un niveau satisfaisant d'immunité, empêchant la survenue de maladies opportunistes, et transformant l'infection par le VIH en maladie chronique. Les causes de décès évoluent avec une diminution de la mortalité de cause SIDA, et une augmentation des causes de mortalité liées à l'âge, comme les cancers non liés au VIH ou les maladies cardiovasculaires. En conséquence, la population vivant avec le VIH vieillit dans les pays industrialisés. En 2011 en France, 35% des PVVIH avaient 50 ans ou plus et 11% avaient 60 ans ou plus à la dernière visite. En 2015, on estime que la moitié des PVVIH aux USA auront 50 ans ou plus. L'âge au diagnostic est également en augmentation, avec une augmentation de le proportion des PVVIH de plus de 50 ans entre 2003 et 2012. Le processus de vieillissement chez les PVVIH pourrait-être différent de celui de la population générale, et être accéléré. En effet, l'infection par le VIH et le traitement antirétroviral pourraient influencer le processus de vieillissement par le biais d'une inflammation systémique persistante, de la toxicité médicamenteuse, d'une interaction entre le VIH et les comorbidités, et des co-infections avec les virus des hépatites. Néanmoins le débat persiste car la population des PVVIH a une prévalence plus importante des facteurs liés au vieillissement et aux comorbidités liées à l'âge, tels que la consommation de tabac, d'alcool ou la toxicomanie, ou ont été exposés à des traitements antirétroviraux sub-optimaux avant l'apparition des trithérapies. Ces différences sont également liées à des biais méthodologiques liées à la difficulté de choisir un groupe de comparaison adéquat. Les comorbidités liées à l'âge chez les PVVIH âgés ont une prévalence plus élevée et une survenue plus précoce que dans la population générale âgée de même âge. L'infection par le VIH est indépendamment associée à la survenue de comorbidités, y-compris après ajustement sur les facteurs de risques reconnus. Les PVVIH présentent plus fréquemment un phénotype dit de fragilité, même si ce n'est pas clairement démontré chez les patients contrôlés sur le plan immunovirologique. Le terme de « fragilité » représente l'effet cumulatif de détériorations liées à l'âge tant au niveau de multiples systèmes physiologiques qu'au niveau des systèmes homéostatiques, et résultant en une plus grande vulnérabilité aux facteurs de stress. Avec le vieillissement et l'accumulation de multiples comorbidités, il est probable que de plus en plus de PPVIH soient considérés comme fragiles. De plus, le concept de fragilité est relié à l'immunosénescence et à l'inflammation chronique, ce qui est particulièrement pertinent chez les PVVIH. Plusieurs méthode de mesure de la fragilité ont été utilisées chez les PVVIH, en utilisant principalement des questionnaires évaluant la perte de poids, la fatigue, une faible activité, la lenteur, conjointement à une mesure manuelle de force musculaire, ou des marqueurs biologiques, mais aucune n'a utilisé l'accumulation de multiples comorbidités. Par ailleurs, le rôle pronostique de la fragilité chez les PVVIH est peu étudié. La mesure de la fragilité chez ces patients complexes devrait avoir un intérêt sur le plan pronostique et sur la prise en charge thérapeutique. L'identification de marqueurs pronostiques chez les patients vieillissant avec le VIH a par ailleurs été défini comme une priorité de recherche pour le NIH HIV and Aging Working Group. L'objectif de cette thèse sera donc d'identifier les facteurs pronostiques chez les PVVIH, en particuliers âgés, tant sur le plan des comorbidités liées à l'âge que sur le concept de fragilité. Particulièrement, la construction et la validation d'un score pronostique spécifique aux PVVIH âgés prenant en compte ces deux concepts et les caractéristiques immunovirologiques de ces patients sont envisagés. Un tel score serait d'applicabilité clinique simple, et utilisable en recherche. Cette thèse sera réalisée à partir de la cohorte Dat'AIDS, qui est une cohorte prospective nationale multicentrique de près de 30000 PVVIH. Cette base est constituée à partir des données initiales et de suivi renseignées dans le logiciel Nadis, qui est un logiciel de suivi clinique des PVVIH en France.

  • Titre traduit

    Prognostic factors among people living with HIV


  • Résumé

    Since the advent of highly active antiretroviral therapy (HAART) in 1996 and its diffusion, patients living with HIV (PLHIV) benefit from a therapeutic option allowing the restitution of a satisfactory level of immunity, preventing the occurence of opportunistic infections and transforming the HIV infection into a chronic disease. The causes of death change with a decrease of the age-related causes of mortality, like non HIV-related cancers or cardiovascular diseases. As a consequence, the population of PLHIV is getting older in industrialized countries. In 2011 in France, 35% of PLHIV were aged 50 or more and 11% were aged 60 or more on their latest visit. In 2015, half of the PLHIV in the USA will be 50 or more. The age at the time of diagnosis is increasing too, with an increase of the ratio of PLHIV over 50 between 2003 and 2012. The ageing process among PLHIV might be different from that of the general population, and be accelerated. Indeed, HIV infection and the ART treatment might influence the ageing process through persistent systemic inflammation, drug toxicity, an interaction between HIV and comorbidities, and co-infections with the hepatitis viruses. Nevertheless the debate persists as PLHIV have a more important prevalence of the factors linked with ageing and age-related comorbidities, like tobacco consumption, alcohol or drug addiction, or have been exposed to suboptimal ART treatments before the emergence of HAART. These differences are also related to methological bias related to the difficulty of choosing an adequate comparison group. Age-related comorbidities among older PLHIV have a higher prevalence and an earlier onset than in the general population of similar age. HIV infection is independently associated with the onset of comorbidities, even after adjustment for known risk factors. PLHIV present more frequently a phenotype of frailty, even if this is not clearly demonstrated with patients that are immunovirologically controlled. The term "frailty" represents the cumulative impact of age-related deteriorations both in multiple physiological systems at the level of homeostatic systems, and resulting in higher vulnerability to stress factors. With ageing and the accumulation of multiple comorbidities, it is likely that more and more pLHIV will be considered as frail. Moreover, the concept of frailty is related to immunosenescence and chronic inflammation, which is particularly relevant with PLHIV. Several measurement methods of fragility have been used with PLHIV, mainly using questionnaires evaluating weight loss, fatigue, low physical activity, low gait speed, together with a manual measurement of muscle strength, or biological markers, but none ever used the accumulation of multiple comorbidities. Furthermore, the pronostic role of fragility among PLHIV has been little studied. The measurement of fragility among these complex patients should be of interest in terms of prognosis and therapeutic management. The identification of prognostic factors among patients aging with HIV has furthermore been defined as a research priority for the NIH HIV and Aging Working Group. The objective of this thesis will then be to identify prognostic factors among PLHIV, in particular older, both in terms of age-related comorbidities and the fragility concept. Particularly, the construction and validation of a specific prognostic score for older PLHIV taking into account these two concepts and the immunovirologic characteristics of these patients has been considered. Such a score would be of simple clinical applicability, and usable in research. This thesis will be achieved on the basis of the Dat'AIDS cohort, that is a multicentre national prospective cohort of nearly 30000 PLHIV. This basis is constituted from the initial data and monitoring available in the Nadis software, that is a software of clinical monitoring of PLHIV in France.