Le 47e régiment d’infanterie pendant la Première Guerre mondiale

par Erwan Le Gall

Projet de thèse en Histoire

Sous la direction de Luc Capdevila.

Thèses en préparation à Rennes 2 , dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales (Rennes) depuis le 01-10-2014 .


  • Résumé

    Entre son départ de Saint-Malo dans la nuit du 6 au 7 août 1914 et son retour officiel sur la Côte d’Emeraude, célébré lors d’impressionnantes manifestations organisées en septembre 1919, le 47e régiment d’infanterie participe à d’innombrables batailles (Charleroi, Guise, la Marne, la Course à la mer, l’offensive de Champagne en septembre 1915, la Somme en 1916…) qui entraînent un bilan effroyable : plus de 2 700 morts et au moins autant de blessés et de prisonniers. Genre souvent considéré comme désuet, la monographie régimentaire permet pourtant d’appréhender l’Armée française dans une perspective microhistorique et d’apporter, de manière indiciaire, un certain nombre de réponses à des questions pour l’instant non résolues : quelles sont les logiques de transfert de poilus entre les différentes armes et unités ? A quel rythme ces mutations s’opèrent ? Qu’en est-il au niveau des officiers ? Et des sous-officiers ? Quel est le rapport entre promotion interne et affectations en provenance de l’extérieur ? Par ailleurs, une telle étude permet d’envisager de multiples grilles d’observation, tant du point de vue opérationnel et de ce que l’historiographie anglo-saxonne dénomme les learning curves, que du point de vue de la question, centrale en France, de l’endurance des poilus. Sur ce point, afin de contribuer au renouvellement de ce vif débat, nous souhaiterions explorer les perspectives offertes par la grille de lecture dite de la culture professionnelle des combattants.


  • Pas de résumé disponible.