L'Eneydos de William Caxton (1490) : sur les traces d'un traducteur de Virgile dans la première modernité anglaise.

par Cécile Decaix

Thèse de doctorat en Études du monde anglophone

Sous la direction de Jean-Christophe Mayer.

Thèses en préparation à Montpellier 3 , dans le cadre de École doctorale 58, Langues, Littératures, Cultures, Civilisations (Montpellier ; 2015-....) , en partenariat avec IRCL - Institut de recherches sur la renaissance, l'âge classique et les lumières (laboratoire) .


  • Résumé

    "L'Eneydos de William Caxton (1490) : sur les traces d'un traducteur de Virgile dans la première modernité anglaise" est une édition critique semi-diplomatique et partielle de la première traduction de l' "Énéide" de Virgile imprimée en Angleterre. "Eneydos" n'est toutefois pas une traduction verbatim de l'épopée latine, puisque Caxton traduit d'un intermédiaire français intitulé le "Livre des Énéydes", imprimé à Lyon en 1483 et rédigé d'une main anonyme. Le "Livre des Énéydes" et "Eneydos" incluent deux paraphrases issues de deux traditions différentes de la vie de Didon : tout d'abord, le compilateur français insère dans la trame virgilienne une glose de la vie de Didon inspirée du "De casibus virorum illustrium" de Boccace. Cette version de la vie de la reine de Carthage, selon laquelle Didon ne rencontre jamais Énée et se tue pour rester fidèle à son vœu de chasteté, est suivie d'une deuxième glose, cette fois inspirée de l' "Énéide" de Virgile, et selon laquelle Didon cède au charme du héros troyen et se tue de folie et de désespoir lorsqu'il quitte Carthage. Ce sont ces deux sections du texte que nous avons retenues dans le cadre de notre édition, travail qui s'accompagne d'une collation entre Eneydos et son texte source. Cette collation a permis de mettre au jour les techniques de traduction adoptées par Caxton et de repérer les écarts entre les deux textes. Cette thèse explore la manière dont le "Livre des Énéydes", "Eneydos" et leurs hypotextes (l' "Ovide moralisé" (fin du XVème siècle), traduction en français des "Métamorphoses" d'Ovide, et sa traduction en anglais par Caxton, "The Booke of Ovyde" (1480), mais aussi le "Des Cas des nobles hommes et femmes" (XVème siècle), traduction en français par Laurent de Premierfait du "De Casibus de Boccace", ainsi que l'"Histoire ancienne jusqu'à César", une chronique française du XIIIème siècle), réinterprètent et refaçonnent les figures mythologiques, en les réintégrant parfois dans un contexte contemporain ou un univers médiéval. En effet, ces hypotextes ressurgissent dans le "Livre des Énéydes" et "Eneydos" par le biais de gloses et de digressions, voire même de références directes, témoignant ainsi d'un enchevêtrement de sources classiques et médiévales, et parfois grecques et latines. Le travail de comparaison entre ces textes a également mis au jour les stratégies d'ajout, d'adaptation et d'omission adoptées par le compilateur français et Caxton. Ce travail applique également de nouvelles théories de la transmission et de la traduction à un texte qui a trop longtemps été négligé par la critique. Au travers des réécritures, Didon est investie de nouveaux attributs, de sorte qu'elle incarne des thèmes chers à Caxton : l'écriture, la transmission, et les questions de genre – comme "Eneydos" a paru dans un contexte littéraire marqué par la Querelle des Femmes, un débat sur le statut des femmes dans la société. En outre, le texte s'interroge sur l'importance de l'écriture et sur la nature du livre imprimé. Notre travail offre aussi une réflexion sur la manière dont Caxton et ses lecteurs (par le biais de l'analyse de certains exemplaires qui contiennent des marginalia des XVIème et XVIIème siècles) percevaient le livre imprimé, véritable objet hybride qui empruntait au monde du manuscrit.

  • Titre traduit

    William Caxton's Eneydos (1490): tracing the steps of a translator of Virgil in Early Modern England


  • Résumé

    L'"Eneydos" de William Caxton (1490) : sur les traces d'un traducteur de Virgile dans la première modernité anglaise is a critical, semi-diplomatic, partial edition of the first printed translation of Virgil's "Aeneid" in England. "Eneydos" is not a verbatim translation of the Latin epic poem, as Caxton translated from an intermediary source: a French anonymous text called "Le Livre des Énéydes" (1483). This work mainly focuses on the transmission, circulation, and reception of mythological texts in Tudor England, with a particular interest in the figure of Dido. Both "Le Livre des Énéydes" and "Eneydos" include two paraphrases, from two different traditions of Dido's life. For the first paraphrase, the French compiler inserted a rendition of Boccaccio's "De Casibus virorum illustrium" (completed in 1373) within the Virgilian frame. This version, which relates how Dido never meets Aeneas and commits suicide in order to stay true to her vow of chastity, is followed by a second paraphrase, inspired by Virgil's "Aeneid", in which Dido succumbs to Aeneas' charm and kills herself out of madness and despair when the Trojan hero leaves Carthage. These are the two sections that have been selected as part of my editorial work. While editing the text, I collated the French source text, which helped to uncover the translation techniques that Caxton used, as well as identify gaps between Eneydos and its French source text. This PhD dissertation explores how "Le Livre des Énéydes", "Eneydos" and their hypotexts – the "Ovide moralisé", a late 15th-century French translation of Ovid's "Metamorphoses" and Caxton's translation of the same work, "The Booke of Ovyde" (1480); "Des Cas des nobles hommes et femmes" (15th c.), a translation into French by Laurent de Premierfait of Boccaccio's "De Casibus"; and "L'Histoire ancienne jusqu'à César", a French medieval chronicle (13th c.) – reinterpret and reshape mythological figures, sometimes reinserting them into a contemporary context or a medieval landscape. Indeed, these hypotexts resurface in "Le Livre des Énéydes" and "Eneydos" through glosses, digressions, or direct references to these canonical works, which thus testifies to an interweaving of classical and medieval as well as Greek and Latin sources. The dissertation, which relies on a comparative study between sources, also reveals translation strategies (addition, adaptation, omission) that both the anonymous French compiler and Caxton used, and which reflect Tudor translation practices. My analysis also applies new theories of transmission and translation to a text that has been long overlooked. Through rewritings, the figure of Dido inherits from new literary attributes, resulting in the representation of themes that were dear to Caxton: writing, transmission, and gender-related issues – especially since "Eneydos" was published in the overarching context of Querelle des Femmes, a debate on the condition of women. The narratives of "Le Livre des Énéydes" and "Eneydos" also reflect on the importance of writing and on the book in its material form. As such, this work examines how Caxton and his readers (through the study of 16th and 17th c. marginalia left in certain editions) related to the printed book, a hybrid object that borrowed from the manuscript tradition.