PHRONESIS ET HANDICAP. Pour une reconnaissance de la singularité vulnérable

par Julien Nossenty

Projet de thèse en Philosophie pratique

Sous la direction de Chantal Delsol mill0n.

Thèses en préparation à Paris Est , dans le cadre de OMI - Organisations, Marchés, Institutions , en partenariat avec LIPHA - Laboratoire Interdisciplinaire d'Etude Politique HANNAH ARENDT (laboratoire) depuis le 03-11-2014 .


  • Résumé

    Les autorités politiques ont décidé que les établissements de soins et d'accompagnement devaient normaliser leur fonctionnement, avec une organisation structurée qui promeut une qualité maximale, le bien-être assuré afin de supprimer les risques. Refoulée, dissimulée, occultée la personne est devenue dans cette technostructure sanitaire et médico-sociale un indicateur, un marqueur de bonne qualité, que l'on peut afficher de manière péremptoire à l'entrée des établissements ou sur les sites internet de ces mêmes établissements qui montrent qu'ici la qualité est de rigueur. Mais alors, quelle est la place de la personne dans cette organisation? Que pense la personne? Est ce que la personne à encore le pouvoir de décider? Le développement de la gestion des risques, de la technique, de la biotechnologie et l'idéologie de la qualité absolue nous rappellent l'importance du concept aristotélicien de la "phronèsis". Ce rappel de la "phronèsis" est nécessaire, ca il place la personne toujours au cœur de l'action et plus spécifiquement au cœur de l'accompagnement des personnes vulnérables. En effet, la "phronèsis" sert à ne pas modéliser la réponse à apporter à la personne, encore plus lorsqu'il s'agit d'une personne en situation de handicap, de vulnérabilité. Au contraire, cette démarche philosophique et éthique laisse toute sa place à une "praxis" de l'accompagnement, et à la personnalisation de l'être, de la personne. Il est intéressant de voir au cours de cette thèse, comment la "phronèsis", peut trouver sa place dans l'approche de l'accompagnement à la vulnérabilité. Puis, il sera utile d'analyser dans le cadre de cette thèse que le handicap n'a pas besoin d'être surmédicalisé et que parfois, il est nécessaire d'accepter la fragilité de l'Autre. Savoir l'accepter, c'est regarder l'Autre dans sa singularité, avec sa personnalité propre. Pour les professionnels de santé et du médico-social, accompagner une personne, c'est la laisser prendre de décisions, et ce même si le risque et de ne pas répondre aux critères, au modèle imposé par les institutions politiques sanitaires, car la vulnérabilité et le handicap ne se quantifient pas, ne se mesurent pas. L'accompagnement d'une personne vulnérable, c'est aussi un engagement envers l'Autre, envers un semblable qui vit une souffrance particulière, différente et unique. Ainsi, nous tenterons également au cours de cette thèse, de comprendre les normes règlementaires qui promeuvent une qualité toujours plus grande de l'offre de soins qui dictent et astreignent l'accompagnant lui-même à suivre un modèle d'aide e d'accompagnement qui nie la singularité de la personne qui souffre de déficiences. La finalité de ce travail de thèse est de consentir que la personne vulnérable reste une personne à part entière, qui a la possibilité de choisir et de décider de sa vie et de l''aide qu'on lui apporte. Cette sagacité donne la possibilité de démontrer que la "phronèsis" doit guider les institutions, ainsi que les accompagnants à aller vers une juste sagesse pratique qui prend en considération et reconnait la personne vulnérable.

  • Titre traduit

    PHRONESIS AND HANDICAP. For a better recognition of one's individuality's vulnerability.


  • Résumé

    Politics have decided that healthcare institutions must standardize their operating procedures and tend to become an industrial kind of organizations which promote maximal quality, sure well-being and focus on the risk management. Inhibited, hidden, concealed, the individual has become, within this health technostructure, an indicator, a marker of good quality, which we can show off at etablishments' entrance, on those same etablishments' websites, to highlight that quality reigns supreme here. But then, where does the individual stand in this organization ? What about his ideas? Does the individual still own some decision making power? The growth of risk management, technics, biotechnology and doctrine of the absolute quality call us out and remind us the significance of the Aristoltelian concept of « phronèsis ». Highlighting the « phronèsis » concept is necessary here as it puts the individual at the heart of the action and more specifically at the heart of caring to the vulnerable ones. Indeed, the « phronesis » helps us to not standardize the answer to the Individual, especially when this person is disabled or vulnerable. On the contrary, this philosophical and ethical approach gives way to a “praxis” of caring and bet-ter knowlege of the Individual himself. In this thesis, it is interesting to see how the “phronesis” can find its place from the initial caring to the vulnerability. Then, we will consider that it is not necessary to resort to medicalization to deal with handicap; most of the time, it is only a question of how we accept someone's fragility. Accepting means looking at the other as an Individual, considering his own personnality, his peculiarity. For healthcare and social & medical professionnals, caring for someone should mean leave him mak-ing decisions even if it leads to relax the pressure on standardized criterias from heathcare policies. Indeed, vulnerability and handicap are not quantifiable. Caring for a vulnerable individual also means commitment towards him, towards someboby who faces a pain, a personnal and special suffering. That is why, in this thesis, we will try to understand the standards, the norms and the conflict be-tween the wish of higher and higher quality of healthcare's offering and the medical professionnal who have to follow, sometimes reluctancy, a model denying the peculiarity of the Individual. The prupose of this thesis is to agree that the vulnerable people remains an Individual, who keeps the ability of choosing and deciding for his own life and for the support, the help given by the pro-fessionals. This sagacity offers us the possibilty of showing that the “phronesis” must lead the insti-tutions and the medical staff to a more concrete and fairer wisdom witch takes into account the vulnerable individual and recocgnize his importance.