Les décisions didactiques d'un enseignant dans un EIAH. Etude de facteurs de type histoire didactique.

par Nathalie Brasset

Projet de thèse en Mathématiques Appliquées

Sous la direction de Hamid Chaachoua.

Thèses en préparation à Grenoble Alpes , dans le cadre de École doctorale mathématiques, sciences et technologies de l'information, informatique (Grenoble) , en partenariat avec Laboratoire d'Informatique de Grenoble (laboratoire) et de MeTAH - Modèles et Technologies pour l'Apprentissage Humain (ancien Clips) (equipe de recherche) depuis le 10-03-2014 .


  • Résumé

    Ce travail de thèse consiste à étudier l'intervention des facteurs liés à l'histoire didactique dans les prises de décisions didactiques des enseignants de primaire en mathématiques dans un EIAH. Plus généralement, ce travail pourrait contribuer au développement d'un système capable d'accompagner l'enseignant dans ses prises de décisions. Plusieurs questions se posent alors : quand un enseignant est-il amené à prendre des décisions ? Quelle est la nature des décisions qu'il prend ? Quels sont les éléments qui permettent cette prise de décisions ? Concernant les deux premières questions : nous nous intéressons aux décisions didactiques - c'est-à-dire celles qui sont spécifiques au savoir enseigné- et choisissons le cadre de la Théorie des Situations Didactique (Brousseau, 1998) ou plus précisément la structuration du milieu (Margolinas, 2004) qui décompose le milieu de l'enseignant selon la situation (Niveaux -1, 0, 1, 2, 3). Nous approfondissons plus particulièrement la position du professeur lors de la conception de séquences d'apprentissage (niveau +1) d'une part et lors de leur mise en œuvre en classe (niveau 0) d'autre part étant entendu que dans une situation donnée l'enseignant interagit avec des éléments des niveaux supérieurs et inférieurs. Concernant la troisième question, un modèle didactique et informatique de la prise de décisions didactiques ainsi que des facteurs susceptibles d'influencer ces décisions est en cours d'élaboration dans le cadre du projet ADDI. Dans ce projet, deux grandes catégories de facteurs jouant un rôle dans la prise de décision ont été définies : des « facteurs épistémiques » correspondant au rapport personnel de l'enseignant au savoir en jeu et des « facteurs liés à l'histoire didactique » correspondant à « l'histoire partagée entre enseignant et élèves » à propos de ce savoir (Bessot et al, 2013). Dans notre travail nous faisons l'hypothèse que l'instanciation des facteurs épistémiques varie peu au cours d'une année scolaire et peut être considérée comme constante. Sans négliger ces facteurs épistémiques, nous nous intéressons plus particulièrement à la dynamique des facteurs liés à l'histoire didactique : aux rapports qu'ils entretiennent entre eux, aux poids qu'ils prennent dans les décisions didactiques en fonction du moment de l'année ou du type de décisions. Dans le cadre que nous venons de décrire nous considérerons les questions suivantes : Quelles informations concernant « l'histoire didactique » et plus précisément l'état de connaissance des élèves sont utiles à l'enseignant pour prendre des décisions didactiques ? Quand un enseignant mobilise-t-il ces informations ? Comment obtenir ces informations dans un EIAH ? Quel peut-être la nature d'un système accompagnant l'enseignant dans ses prises de décisions ? Nous étudierons toutes ces questions à travers l'analyse des pratiques - aux niveaux macro et local - d'une enseignante de primaire (CE1). Dans cette classe de CE1, nous nous intéresserons à l'enseignement de la numération sur une année scolaire et observerons la mise en œuvre par l'enseignante dans sa classe, de séances permettant de travailler via un EIAH deux types de tâches que nous lui proposerons. Le cadre théorique retenu pour la description du savoir en jeu est la Théorie Anthropologique du Didactique (Chevallard, 1998) plus spécifiquement une version calculable : T4Tel.

  • Titre traduit

    Didactic decisions of a teacher in a TEL. Didactical history type factor's study.


  • Résumé

    The objective of this thesis is to develop a model capable of assist a teacher in his didactical decisions: on the one hand when designing learning sequences and on the other hand during his practices his class. Several questions arise: when does a teacher take didactical decisions? What is the nature of the didactical decisions which he takes? What are the elements which permit such decision-making? The ADDI project is developing a didactic computing model to assist didactic decisions which also takes into account factors which might influence these decisions. This work is based upon Brousseau's theory (1998) of situations particularly the structuring model of the milieu (Margolinas,2004) for didactic point of view and influence diagram (Russell&Norvig,2006) for the computer perspective. Two broad categories of factors seem (validation work in progress) to play a role in decision making “epistemic factors” corresponding to the teacher's personal understanding of the knowledge and “factors related to didactic history” corresponding to “the shared story between teacher and students” about this knowledge. (Actes journées mathématiques IFE-ENS 2012). If we have a model of decision-making of the teacher more questions then arise: when does a computer system need to scaffold the teacher in his decision-making? What should be the nature of this support? What kind of information about the “didactic history” and more specifically the state of students' knowledge is useful for the teacher? How to get this information? Using which diagnostic model of the knowledge of the learner? The decision model to help teachers will be constructed from three models: a knowledge model, a diagnostic model (which infers assumptions about the state of knowledge of students from the knowledge model) and finally a model of decision-making of the teacher.