Déterminants et conséquences psychologiques et psychopathologiques de la persécution par les camarades chez les enfants et les adolescents

par Pauline Grandjean

Thèse de doctorat en Psychologie Clinique

Sous la direction de Djaouida Petot.

Thèses en préparation à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Connaissance, langage et modélisation (Nanterre) , en partenariat avec CLIPSYD Clinique, Psychanalyse et Développement, Laboratoire, Laboratoire (laboratoire) depuis le 24-10-2013 .


  • Résumé

    La persécution par les camarades (PPC) qu’on pourrait également appeler harcèlement par les pairs est une violence répétitive, perpétrée par un ou plusieurs enfants ou adolescents sur un autre jeune, généralement élève de la même classe ou de la même école. Il peut s’agir de violence physique ou psychologique : dans ce dernier cas, on parle généralement de violence relationnelle. On n’a à l’heure actuelle aucune information digne de foi sur l’ampleur du phénomène en France et sur le nombre des enfants concernés, que ce soit en tant que victime ou en tant qu’agresseur. Les travaux effectués dans d’autres pays avancés suggèrent une très grande fréquence. Aux Etats-Unis, la prévalence moyenne serait comprise entre 15 % et 20 % (Smith et al., 2002), ce qui est déjà considérable. Mais des études plus récentes, faites sur des échantillons américains, indiquent une prévalence encore plus élevée, comprise entre 20 et 40%, (Sinclair et al., 2012 ; Boel-Studt et Renner, 2013). De plus, des auteurs sérieux ont estimé que ces chiffres sont très probablement sous-estimés (Fontaine et Réveillère, 2004) car ils soupçonnent que certains agresseurs ne sont pas sincères dans leurs réponses aux questionnaires ou minimisent la gravité de leurs actes et que certaines victimes, par méfiance ou par peur de violations de la confidentialité de leurs déclarations, préfèrent se taire. Ainsi, Williams et Kennedy (2012) ont pu avancer que 50% des adolescents scolarisés subiraient des PPC. Quels sont les déterminants de la PPC ? Une étude menée en Norvège par Olweus (1997) suggère que le sexe et l’âge ont une influence sur le phénomène : les garçons sont plus persécutés par leurs camarades que les filles et le pourcentage de victimes est moins élevé dans les établissements secondaires que dans les écoles primaires. Les persécuteurs sont également plus nombreux chez les garçons que chez les filles. Il semble également que certaines caractéristiques individuelles, physiques ou psychologiques, prédisposent à subir des persécutions. Mais les caractéristiques qui peuvent expliquer le déclenchement de la persécution n’en expliquent pas forcément la répétition et la chronicisation. La réaction des victimes contribue vraisemblablement à désamorcer ou au contraire à renforcer la persécution, et il est vraisemblable que la réaction des victimes est elle-même déterminée par leur tempérament ou leur personnalité, qu’il faudrait donc évaluer et prendre en considération. On s’interrogera également sur les caractéristiques individuelles qui poussent certains enfants ou adolescents à persécuter certains de leurs camarades. Quelles sont les conséquences de la PPC sur les enfants qui en sont victimes ? La littérature disponible évoque un vaste éventail de troubles assez disparates, mais toutes les études s’accordent sur le fait que la dépression et le refus scolaire sont les conséquences les plus fréquentes de la PPC. Il semble logique de supposer que ces deux derniers troubles entraînent une baisse des résultats scolaires. 2 Les objectifs de ce travail sont multiples. En premier lieu, il faudra estimer la fréquence du phénomène en France en relevant sur un échantillon tout-venant le nombre des enfants victimes de persécution par les camarades et le nombre des enfants qui persécutent leurs pairs. Ensuite, on étudiera les réactions les plus fréquentes des enfants victimes de persécution, leurs problèmes émotionnels et comportementaux, ainsi que les traits de tempérament ou de personnalité des enfants victimes de persécution par leurs camarades et des enfants qui persécutent d’autres enfants. Pour ce faire, on administrera à plusieurs échantillons tout-venant d’enfants et d’adolescents recrutés dans des établissements scolaires de plusieurs régions françaises, un ensemble de questionnaires portant sur la PPC subie ou infligée ainsi que des questionnaires explorant le tempérament et les problèmes émotionnels et comportementaux. Les données recueillies feront l’objet d’analyses statistiques essentiellement corrélationnelles.

  • Titre traduit

    Déterminants et conséquences psychologiques et psychopatologiques de la persécution par les camarades chez les enfants et les adolescents


  • Pas de résumé disponible.