Babillage et Oralité Alimentaire

par Leslie Lemarchand

Projet de thèse en Sciences du langage

Sous la direction de Sophie Kern et de Mélanie Canault.

Thèses en préparation à Lyon , dans le cadre de 3La - Lettres lingusitique langues et arts depuis le 01-10-2014 .


  • Résumé

    Le développement oro-moteur au cours de la première année de vie est un processus extrêmement riche et complexe qui va conduire le jeune enfant sur le chemin du développement linguistique. La période du babillage (6-12 mois) est décrite comme une étape cruciale du processus d’acquisition du langage au cours de laquelle le potentiel articulatoire du bébé va considérablement progresser. Cette période est très facilement identifiée car elle correspond à l’émergence des premières syllabes. Ces dernières seraient le résultat de la superposition du mouvement vertical de la mandibule à la phonation (MacNeilage, 1998). Au stade du babillage, la mandibule est donc un articulateur dominant. Cela s’explique par les liens anatomiques, cérébraux et moteurs existants entre l’activité de parole et celle de la nutrition (Luschei et Goldberg, 1981, Lund et Enomoto 1988, Rizzolatti et al. 1996, Fogessi et Ferrarri 2005) et c’est en partie pour ces raisons que les professionnels du langage établissent un lien étroit entre le développement de l’oralité alimentaire et celui du langage (Réeducation Orthophonique, 2004). La mandibule est ainsi directement impliquée dans le développement de l’oralité. Les 3 objectifs principaux de ce projet sont tout d’abord de définir les étapes charnières de l’oralité alimentaire au cours des deux premières années de la vie, puis d’établir le lien entre les étapes de l’oralité alimentaire et les étapes du babillage en termes de fréquences oscillatoires et de caractéristiques structurelles des énoncés (fréquences de réduplication, contenu segmental…) et enfin de déterminer les liens entre les caractéristiques du babillage et le développement lexical.


  • Pas de résumé disponible.