Itinéraire d'un courant politique: le mouvement tunisien Ennahdha

par Anca Munteanu

Thèse de doctorat en Administration publique 

Sous la direction de Jamil Sayah.

Thèses en préparation à Grenoble Alpes en cotutelle avec l'Université de Bucarest , dans le cadre de École doctorale sciences juridiques (Grenoble) , en partenariat avec Centre d'Etudes et de Recherche sur la Diplomatie, l'Administration Publique et le Politique (laboratoire) .


  • Résumé

    Le défi de cette thèse a été de présenter la pensée et les actions marquantes de l'histoire du mouvement islamiste tunisien, Ennahdha, depuis sa création à la fin des années 1960, jusqu'en 2018. La première partie de la thèse se concentre sur son engagement politique. Cette approche nous a amenée à distinguer plusieurs phases qui rythment le développement du parti: après être passé par l'action clandestine à l'époque du jama‘a islamiyya et du MTI avec de brefs instants de semi-légalité (dans les années 1980) et une vingtaine d'années de répression, le leadership du parti fait preuve, surtout depuis 2013, de pragmatisme en politique. En effet, l'expérience d'Ennahdha indique que depuis la révolution les victoires électorales sont devenues son intérêt majeur. La deuxième partie de la thèse met en évidence que cette stratégie impose au parti une évolution constante, afin de répondre aux demandes des acteurs politiques, tout en gardant sa base militante fidèle et en aspirant à attirer des nouveaux adhérents en dehors du noyau islamiste. Dès lors, notre recherche étudie les reconfigurations récentes du mouvement et attire l'attention sur les limites de ces mutations. Nous insistons surtout sur la reconstruction du discours d'Ennahdha qui a renouvelé ses références politico-idéologiques lors de son dixième congrès, en mai 2016. De plus, nous avons eu recours à diverses théories sur les élites et les transitions politiques, afin d'analyser la pratique politique d'Ennahdha après la révolution. En outre, dans une perspective comparative, nous avons examiné son histoire et ses reconfigurations idéologiques en contraste avec l'expérience des partis communistes et chrétiens-démocrates occidentaux et du Parti de la justice et du développement au Maroc. Ce cadre théorique nous a permis d'évaluer les stratégies politiques et les mutations idéologiques d'Ennahdha et d'étudier le fonctionnement du parti, sa structure et la sélection de ses dirigeants, afin de déterminer son degré de démocratisation, ainsi que ses perspectives sur la scène politique tunisienne.

  • Titre traduit

    Itinerary of a political current: the Tunisian movement Ennahdha


  • Résumé

    The challenge of this thesis was to present the ideology and the turning points in the history of the Tunisian Islamist movement, Ennahdha, starting from its creation in the late 1960s until 2018. The first part of the thesis focuses on its political commitment. This approach enabled us to distinguish several phases that marked the development of the party: after the clandestine activity at the time of the jama‘a islamiyya and the MTI, some brief moments of semi-legality (in the 1980s) and about twenty years of repression, the leadership of the party has been giving evidence of political pragmatism mostly after 2013. In fact, Ennahdha's experience indicates that since the revolution the electoral victories have become its major interest. The second part of the thesis highlights that this strategy imposes on the party a constant evolution in the attempt to respond to the political actors' demands, while keeping its militant base faithful and aiming, at the same time, to attract new members outside the Islamist core. Thus, our research studies the recent reconfigurations of the movement and draws the attention to the limits of these mutations. We emphasize especially on the “restyling” of Ennahdha′s discourse which renew its political and ideological references on the occasion of its tenth congress (in May 2016). Moreover, we resorted to various theories of elites and political transitions, in order to analyse Ennahdha′s political practice after the revolution. Additionally, in a comparative perspective, we examined its history and ideological reconfigurations in contrast with the experience of the occidental communist and Christian democratic parties and the Party of Justice and Development in Morocco. This theoretical framework enabled us to evaluate Ennahdha′s political strategies and its ideological mutations and study how the party operates, how it is structured and how its leaders are selected, in order to determine its degree of democratization, as well as its perspectives on the Tunisian political scene.