Une grammaire de la langue nam trik, langue amerindienne parlee dans les andes colombiennes

par Geny Gonzales Castaño

Projet de thèse en Sciences du langage

Sous la direction de Antoine Guillaume et de Tulio Rojas.

Thèses en préparation à Lyon , dans le cadre de 3La - Lettres lingusitique langues et arts depuis le 21-07-2014 .


  • Résumé

    Le nam trik, aussi connu sous le nom de guambiano ou namui wam, est une langue amérindienne, appartenant la famille linguistique barbacoa (Curnow & Liddicoat 1988). Le nam trik est encore parlé, à des degrés divers, dans 4 communautés du département du Cauca (Guambia, Ambaló, Quizgó and Totoró) dans le sud-ouest colombien, sur la cordillère des Andes. La langue nam trik est parlée par un total d’environ 8.000 - 9.000 locuteurs (Adelaar 1991). Dans l’ensemble, est une langue très menacée néanmoins la situation de vitalité de cette langue varie selon l’endroit où elle est parlée et il peut exister grandes différences d’une communauté ou ville à l’autre dans ce domaine. Ce projet de thèses concerne le nam trik parlé dans la communauté de Totoró où cette langue est très menacée, parlée seulement dans certains contextes très réduits par un très petit nombre des locuteurs ayant tous plus de 40 ans, qui représentent le 1% de la population de la communauté, équivalente à 7023 personnes (Gonzales 2013). Désormais, les deux plus jeunes générations d’habitants sont des locuteurs monolingues d’espagnol. L’objectif de la thèse, sera la préparation d’une grammaire typologique de la langue nam trik qui présentera les différents niveaux d’organisation de la langue (phonologiques, morphologiques et syntaxiques).Un des aspects sur lequel la thèse portera une attention particulière est le système de flexion verbale modale épistémique rare de type “conjoint/disjoint”, qui indexe le sujet de la phrase par des suffixes qui distinguent entre locuteur (1ère personne) et non-locuteur (2ème et 3ème personne) dans les phrases déclaratives et entre interlocuteur (2ème personne) et non-interlocuteur dans les phrases interrogatives (Creissels 2008). Cette grammaire sera basée sur un ample corpus de données naturelles (textes oraux) et contrôlées (élicitation), collecté principalement dans la communauté de Totoró. Références Adelaar, W. F. H. 1991. “The endangered languages problem: South America”, in R. H. Robins and E. M. Uhlenbeck (eds.), Endangered Languages. Oxford: Berg, 45–91. Creissels, Denis. 2008. Remarks on so-called "conjunct/disjunct" systems. Syntax of theWorld's Languages III. Berlin, 25-28 September 2008 Curnow Thimoty; Liddicoat, J Anthony 1998. The Barbacoan languages of Colombia and Ecuador. Anthropological Linguisitic 40 (3): 384-408


  • Pas de résumé disponible.