La représentation de la femme au dix-huitième siècle dans les Proverbes Dramatiques de Carmontelle

par Hajer Ghezel (Ghzel)

Projet de thèse en Langue et Littérature Françaises

Sous la direction de Marie-Emmanuelle Plagnol.

Thèses en préparation à Paris Est en cotutelle avec Faculté des Lettres et des Sciences Humaine de Sousse , dans le cadre de CS - Cultures et Sociétés , en partenariat avec LIS - Lettres Idées Savoir (laboratoire) depuis le 09-10-2014 .


  • Résumé

    Les Proverbes dramatiques de Carmontelle sont une tentative de peindre le plus exactement possible la société du dix-huitième siècle. En exploitant les particularités du théâtre de société : le spectacle improvisé et la forme brève et dense du proverbe dramatique, Carmontelle offre des scènes variées de la vie quotidienne, dont le centre d'intérêt semble être la femme et notamment son train de vie et tout le petit monde qui l'accompagne. L'œuvre offre un large éventail de modèles de femmes ayant des âges et des statuts variés et appartenant à toutes les classes sociales. Elle présente une gamme large, mais peu profonde de portraits physiques et surtout moraux. Dans ces portraits, la valeur psychologique l'emporte visiblement sur la valeur picturale, souvent presque absente. Cependant, ces portraits alternent convention, authenticité et invention. Donc la peinture de mœurs chez Carmontelle, bien qu'elle puise ses éléments dans la vie domestique et sociale des femmes au XVIIIème siècle, demeure redevable à une longue tradition, celle de la comédie; et, insensiblement ou non, le dramaturge reproduit souvent des types travaillés par Molière. Toutefois, ces portraits n'ont presque pas de portée satirique ou critique; et même s'il en y a, elle demeure sous-jacente parce que ces proverbes sont, en premier lieu, un pur divertissement, destiné à un public privé de la haute société.

  • Titre traduit

    Representation of women in the eighteenth century in Proverbes Dramatiques of Carmontelle


  • Résumé

    Dramatic Proverbs Carmontelle are an attempt to paint as precisely as possible the society of the eighteenth century. By exploiting the peculiarities of the theater company : the improvised show and short and dense form of dramatic proverb Carmontelle offers various scenes of daily life , the focus seems to be the wife and especially his lifestyle and all the small world that accompanies it. The work offers a wide range of models of women with ages and various statutes and belonging to all social classes. It has a wide range , but shallow natural portraits and especially moral . In these portraits, the psychological value clearly outweighs the pictorial value , often almost absent . However, these portraits alternate convention, authenticity and invention. So the picture of manners in Carmontelle , although it has its elements in the domestic and social life of women in the eighteenth century , remains liable to a long tradition, that of comedy ; and imperceptibly or not, the playwright often reproduced types worked by Molière . However, these portraits have almost no scope for satirical or critical ; and even if there is , it is still behind because these proverbs are , first , a pure entertainment for a private audience of high society.